Le pilote français de l'écurie Lotus, Romain Grosjean, a repris le volant de sa Lotus de Formule 1 vendredi lors des essais libres du Grand Prix de Singapour, après un GP de suspension, en Italie, puis a expliqué que sa priorité est désormais de "marquer des points" pour Lotus.
Le pilote français de l'écurie Lotus, Romain Grosjean, a repris le volant de sa Lotus de Formule 1 vendredi lors des essais libres du Grand Prix de Singapour, après un GP de suspension, en Italie, puis a expliqué que sa priorité est désormais de "marquer des points" pour Lotus. - Punit Paranjpe afp.com

© 2012 AFP

Le pilote français de l'écurie Lotus, Romain Grosjean, a repris le volant de sa Lotus de Formule 1 vendredi lors des essais libres du Grand Prix de Singapour, après un GP de suspension, en Italie, puis a expliqué que sa priorité est désormais de "marquer des points" pour Lotus.

Q: Comment s'est passée cette reprise en F1 ?

R: "La pression fait partie de la Formule 1, il y en a sur chaque pilote, et je n'en ai pas plus ici qu'ailleurs. Pour l'instant, c'est un peu compliqué sur la piste. On arrivait plutôt confiants mais les performances ne sont pas celles qu'on attendait: il y a une seconde et demie d'écart avec la meilleure voiture. C'est beaucoup trop et c'est forcément lié à l'utilisation des pneus, mais ça peut changer d'ici demain, quand le niveau général d'adhérence de la piste sera meilleur. On a travaillé sur les différences entre nos deux voitures et on est très proches en performance avec Kimi (Räikkönen, son coéquipier), donc c'est plutôt bien, mais on est en retrait par rapport aux autres. Je suis content du travail que j'ai fait aujourd'hui, c'est un bon point. Maintenant il faut régler l'ensemble du +package+ pour que ça aille mieux".

Q: Qu'est-ce qui a changé dans votre préparation depuis Spa (ndlr: le carambolage du départ qui a provoqué une suspension d'un GP pour Grosjean) ?

R: "On a changé quelques petites choses internes dans ma préparation, pour mettre toutes les chances de notre côté. Ce week-end ici, j'ai un entraîneur avec qui je travaille déjà depuis le mois de mars (ndlr: Benoît Campargue, entraîneur de Teddy Riner, le champion olympique de judo), mais ça ne veut pas dire qu'il fallait tout changer par rapport à l'entraîneur précédent (ndlr: Jean-Pierre Frizon). Il a une grande expérience du haut niveau, avec l'équipe de France de judo. Il peut m'aider à me préparer mieux, mais c'est trop simple de dire que c'est uniquement du côté mental. Il y a sûrement des moments où je dois me retrouver un peu plus seul dans mon coin, répondre à moins de sollicitations. Il peut plus facilement faire barrage car il a l'expérience de ce genre de choses".

Q: Comment se présente cette fin de saison, avec une bonne place de Lotus au championnat constructeurs comme principal enjeu ?

R: "En qualifications, il va falloir continuer à pousser pour être le mieux placé possible sur la grille. En course, j'ai envie de marquer des points et pour ça il faut être à l'arrivée. On en est tous conscients, et moi le premier, donc on va essayer de marquer un maximum de points pour revenir au championnat constructeurs".