Lille, qui n'a jamais gagné son premier match de poule en Ligue des champions et a réalisé un début de saison poussif, doit s'imposer d'entrée mercredi (20h45) à domicile face au BATE Borisov avant de se frotter au Bayern Munich et à Valence dans un groupe F relevé.
Lille, qui n'a jamais gagné son premier match de poule en Ligue des champions et a réalisé un début de saison poussif, doit s'imposer d'entrée mercredi (20h45) à domicile face au BATE Borisov avant de se frotter au Bayern Munich et à Valence dans un groupe F relevé. - Denis Charlet afp.com

© 2012 AFP

Lille, qui n'a jamais gagné son premier match de poule en Ligue des champions et a réalisé un début de saison poussif, doit s'imposer d'entrée mercredi (20h45) à domicile face au BATE Borisov avant de se frotter au Bayern Munich et à Valence dans un groupe F relevé.

Lille n'est pas passé très loin des huitièmes de finale la saison dernière. Il ne lui avait finalement manqué qu'un but face à Trabzonspor lors de l'ultime journée (0-0).

Mais les joueurs avaient alors surtout regretté le match d'ouverture, face au CSKA Moscou, terminé sur un 2-2 après avoir mené de deux buts jusqu'à la 72e minute.

Le Losc avait ainsi confirmé une mauvaise habitude prise en Ligue des champions. En quatre participations à la phase de groupes, il n'a jamais remporté son premier match.

En 2001-2002, il avait commencé par une défaite sur la pelouse de Manchester United (1-0). En 2005-2006, les Lillois avaient de nouveau essuyé une défaite d'entrée (1-0), contre Benfica à Lisbonne. La saison suivante, ils avaient pris un point en Belgique face à Anderlecht (1-1).

Point positif en revanche: en 12 matches de groupe joués à domicile, Lille n'a perdu qu'une fois, l'année dernière face à l'Inter Milan (1-0).

Mais contre les Bélarusses de Borisov, Lille ne pourra décemment pas se contenter d'un match nul s'il veut croire en ses chances dans ce groupe. Car l'équipe de Rudi Garcia ira ensuite à Valence avant de défier à deux reprises l'ogre de la poule, le Bayern Munich, quadruple vainqueur et double finaliste récent (2012 et 2010).

Le problème, c'est que Lille apparaît beaucoup moins fringant cette saison avant de se lancer en C1.

Eden Hazard et Moussa Sow ne sont plus là. Et leurs remplaçants ne sont pour l'heure pas à la hauteur.

De Melo et Roux ne marquent pas ou très peu (1 seul but pour De Melo, en barrage retour de la Ligue des champions face à Copenhague).

Et le meneur de jeu international Marvin Martin, acheté 10 millions d'euros cet été à Sochaux, est loin d'avoir le rayonnement attendu.

Les Lillois ont ainsi été incapables de se mettre définitivement à l'abri à Troyes samedi en Championnat et se sont fait reprendre à deux minutes de la fin (1-1).

L'entraîneur Rudi Garcia n'est pas inquiet, mais espère que ses joueurs ont retenu la leçon, d'autant que l'égalisation est venue d'un manque de communication entre Franck Béria et Mathieu Debuchy.

"J'espère que ça servira de leçon pour toute la saison. Communiquer c'est quelque chose que je leur dis souvent, voire très souvent", a-t-il déclaré après le match, un peu remonté.

Rudi Garcia va récupérer deux joueurs majeurs: le défenseur central monténégrin Marko Basa, malade et absent à la dernière minute ce week-end, et l'attaquant ivoirien Salomon Kalou, suspendu à Troyes.

Kalou, qui a soulevé le trophée de la Ligue des champions avec Chelsea en mai, est de loin le joueur du Losc le plus expérimenté en C1 avec 49 matches disputés (et 7 buts).

Les joueurs de Bate Borisov (dernier du groupe H la saison dernière) n'ont pas non plus une grande expérience de la Ligue des champions, en dehors d'Aleksandr Hleb, ancien joueur d'Arsenal et du FC Barcelone (47 matches), qui n'est cependant plus aussi virevoltant qu'à son époque "Gunner".

Mais en C1, aucune équipe n'est à prendre à la légère. Le Paris SG avait concédé le nul 0-0 à domicile face à cette équipe bélarusse, le 24 février 2011, en Europa League.

"On n'est pas la meilleure équipe mais ça nous permet aussi de jouer de façon plus libre", a prévenu mardi le jeune (35 ans) entraîneur de Borisov, Viktor Goncharenko.