Zlatan Ibrahimovic célèbre son but face au Losc, au Grand Stade de Lille, le 2 septembre 2012. 
Zlatan Ibrahimovic célèbre son but face au Losc, au Grand Stade de Lille, le 2 septembre 2012.  - REUTERS/Pascal Rossignol

A. D.

Qui de mieux que Zlatan Ibrahimovic, la nouvelle icône du PSG, pour évoquer le retour du club de la capitale en Ligue des champions? A quelques heures de disputer le premier match de poule face à Kiev, le meilleur buteur du championnat (cinq buts en cinq journées) s’est confié à L’Equipe. «Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore la Juventus, l’Inter Milan ou Barcelone. Mais il y a ici un gros potentiel pour atteindre un jour leur dimension. (…) Ce qui manque à Paris, c’est cette habitude de remporter des titres importants.» Pour «Ibra», il est encore trop tôt pour parler de victoire en C1. Même s’il reste très ambitieux, il estime que le PSG doit prendre son temps. «Attention, attention, je veux gagner la Ligue des champions. Mais prenons les choses match après match, étape après étape.»

Suivre l’exemple de Manchester City
 
Cette première marche dont parle l’ancien buteur de l’AC Milan, c’est le titre de champion. Celui derrière lequel court Paris depuis maintenant dix-huit ans. «Le plus important, ce qui est capital même, c’est de remporter le championnat de France. Quand vous asseyez votre domination dans votre propre pays, après vous pouvez penser à l’exporter en Europe.» Le dernier exemple en date n’est autre que Manchester City. Champion d’Angleterre trois ans après l’arrivée des nouveaux investisseurs, les Citizens se sont cassé les dents en Ligue des champions. «Quand City a été sorti au premier tour l’année dernière, ça ne voulait pas dire que ce n’était pas une bonne équipe. Il leur manquait simplement l’expérience de cette compétition.» C’est pourquoi des joueurs comme «Ibra» et Thiago Silva sont venus au PSG cet été.

Déjà prêt pour la Ligue des champions
 
Malgré son palmarès, le géant suédois n’a jamais remporté le Ligue des champions. A Barcelone, au Milan ou ailleurs, il a toujours dû se «contenter» du titre national. «J’ai gagné tous les titres possibles, sauf celui-là. Je me dis que si je le remporte un jour, tant mieux. Mais si je n’y parviens pas, cela ne voudra pas dire que j’ai raté ma carrière.» Venu au PSG pour atteindre cet objectif, Zlatan Ibrahimovic semble déjà prêt à entrer dans la compétition. Auteur de son cinquième but en Ligue 1 face à Toulouse, il n’a pas eu besoin de temps d’adaptation et visiblement, il a sa petite explication. «Pour bien jouer, j’ai besoin d’être fou. Pour marquer des buts, c’est autre chose. Cela dépend notamment de la performance de votre équipe.» Espérons pour le Paris Saint-Germain, qu’Ibrahimovic sera fou pour la réception de Kiev, mardi.