Les Etats-Unis, grâce à leur succès en double, ont réduit l'écart pour ne plus être menés que 2 à 1 par l'Espagne en demi-finale de Coupe Davis, tandis que la République Tchèque a pris l'avantage sur le même score contre l'Argentine, samedi
Les Etats-Unis, grâce à leur succès en double, ont réduit l'écart pour ne plus être menés que 2 à 1 par l'Espagne en demi-finale de Coupe Davis, tandis que la République Tchèque a pris l'avantage sur le même score contre l'Argentine, samedi - Rafa Rivas afp.com

© 2012 AFP

Les Etats-Unis, grâce à leur succès en double, ont réduit l'écart pour ne plus être menés que 2 à 1 par l'Espagne en demi-finale de Coupe Davis, tandis que la République Tchèque a pris l'avantage sur le même score contre l'Argentine, samedi.

Sur la terre battue de Gijon, les frères Mike et Bob Bryan ont préservé les espoirs américains, au lendemain des deux défaites initiales pourtant concédées de haute lutte par Sam Querrey contre David Ferrer puis par John Isner face à David Almagro.

Si elle pouvait être attendue, compte tenu de leur statut de meilleure paire de double du circuit, la victoire des frères Bryan fut longue et accrochée (6-3, 3-6, 7-5, 7-5) face à une paire Marcel Granollers/Marc Lopez d'autant plus courageuse que le premier a continué de jouer après s'être blessé au mollet gauche.

"Cela a été l'un de nos plus longs matches de Coupe Davis. Nous pensions à un moment que Granollers abandonnerait, mais il ne l'a pas fait. Chapeau à eux", a reconnu Mike Bryan.

Leur part du travail ainsi faite, reste désormais dimanche à Isner de tenter d'égaliser pour les Etats-Unis. Pour cela il faudra créer l'exploit face à un David Ferrer promu N.1 en l'absence de Rafael Nadal blessé, mais tout aussi à l'aise sur la terre battue.

Del Potro forfait

En cas d'égalité, Almagro et Querrey s'affronteront pour ouvrir les portes de la finale à leur pays, qui serait la 9e finale pour les Espagnols, ou la 61e pour les Américains.

A Buenos Aires, la République Tchèque a pris pour la première fois l'avantage après la victoire en double de la paire Berdych/Stepanek aux dépens du duo Berlocq/Schwank, 6-3, 6-4, 6-3.

L'association des deux Tchèques, déjà alignés en simple vendredi s'est décidée au dernier moment à l'initiative du capitaine Jaroslav Navratil, qui a préféré poursuivre le week-end avec ses deux meilleurs joueurs plutôt que d'aligner Ivo Minar et Lukas Rosol, comme prévu initialement.

"Nous nous entendons très bien, nous jouons bien ensemble, et avons été dominateurs d'emblée, a expliqué Berdych, récent demi-finaliste à l'US Open qui dit s'être "bien préparé pour jouer les trois jours, avec beaucoup de confiance emmagasinée avec mes récents bons résultats".

Le N.1 tchèque partira favori dimanche pour qualifier son pays en finale puisqu'il affrontera... Berlocq et non Juan Martin del Potro, blessé au poignet gauche et forfait. En cas d'exploit de Berlocq, le match décisif opposera Juan Monaco à Stepanek.

Les Pays-Bas sont revenus à 1-2 face à la Suisse en barrage pour l'accession ou le maintien dans le Groupe mondial de la Coupe Davis, après le succès de la paire Robin Haase/Jean-Julien Rojer face à Stanislas Wawrinka et Roger Federer, samedi sur la terre battue d'Amsterdam.

Les Néerlandais se sont imposés 6-4, 6-2, 5-7, 6-3.

"Nous n'avons jamais paniqué, même lorsque les Suisses ont remporté le troisième set. Nous sommes restés concentrés, bien dans le match", a expliqué Haase.

"C'est fantastique. Battre Federer, même lors d'un match de double, cela reste une expérience extraordinaire", a déclaré Rojer.

Les Suisses restent cependant favoris pour se maintenir dans le Groupe mondial. Federer, N.1 mondial, aura l'occasion de donner le point décisif dès le premier match dimanche, face à Haase, 41e joueur mondial.

"Roger n'aura pas la tâche facile. Je vais tout donner. Il fait froid à Amsterdam, la terre battue est lourde, je sais qu'il n'aime pas ça", a encore dit Haase.

Le Brésil mène 3 à 0 contre la Russie en match de barrage après sa victoire lors du double samedi à Sao Paulo et est donc assuré de retrouver le Groupe mondial de la Coupe Davis que la Russie va quitter pour la première fois depuis 1992.

La paire Bruno Soares/Marcelo Melo a battu Alex Bogomolov et Teymuraz Gabshvili en trois sets, 7-5, 6-2, 7-6 (9/7)