Hugo Lloris, au stade Gerland, le 14 février 2012.
Hugo Lloris, au stade Gerland, le 14 février 2012. - FAYOLLE PASCAL/SIPA

R.S.

Si Hugo Lloris en doutait encore, les mots de Brad Friedel devraient lui faire comprendre qu’il n’arrive pas à Tottenham en terrain conquis. Quelques jours après les mots de son coach Andre Villas Boas, qui parlait de Brad Friedel comme son numéro 1 dans le but des Spurs, le gardien américain a confirmé qu’il n’allait pas lâcher sa place si facilement.

«Lloris arrive et j’en suis sûr, il va être un très bon gardien. Mais c’est délicat de venir en Premier League parce que ça prend du temps pour s’adapter. Hugo va venir ici pour jouer. Je veux jouer également tout comme Carlo (Cudicini) et Heurelho (Gomes)», indique le vétéran, titulaire depuis 2011 au sein du club.

Dans les mois à venir, le gardien des Bleus devra batailler pour gagner sa place, d’après Friedel qui s’attend à une «concurrence amicale. Il faut comprendre qu’Hugo Lloris sera un coéquipier, pas un ennemi. Si on me demande d’être le numéro 1 je ferai tout mon possible pour assurer mon  rôle.» Pas sûr que Lloris ait été recruté à 10 millions d’euros pour se contenter de celui de doublure.