Six ans plus tard, Feist remonte sur scène mercredi 19 juillet à l’Olympia

musique La Canadienne Leslie Feist présentera son dernier album «Pleasure»...

Pierre Brun

— 

Feist en concert à Oslo, en 2012.

Feist en concert à Oslo, en 2012. — Stian Lysberg Solum/AP/SIPA

Après six ans de silence, l’annonce de la sortie au printemps 2017 de son nouvel album Pleasure avait déjà fait du bruit. Leslie Feist, ou tout simplement Feist, sera ce mercredi 19 juillet en concert à l’Olympia, à Paris, et ça aussi, ça fait « pleasure ».

Much to my surprise, I woke up this morning to see the word is out for 🌸P l e a s u r e🌸 But as Leonard Cohen once said "the devil laughs at those who make plans." I've been so inward facing during the making of this record that I hadn't quite prepared myself to face it, and myself, outward again. So here's what I can tell you.... I made this record last winter with 2 of my closest friends, Mocky and Renaud Letang. I was raw and so were the takes. Our desire was to record that state without guile or go-to's and to pin the songs down with conviction and our straight up human bodies. I titled the album Pleasure like I was planting a seed or prophecizing some brightness. The experience of pleasure is mild or deep, sometimes temporal, sometimes a sort of low grade lasting, usually a motivator. If the way you look at things is how they look then my motivation is to look with a brighter eye. So there it is, in a nutshell. I'm grateful for your curiosity, the music is en route. Best and soon, Leslie 🌺. 📸:@cassblackbird

A post shared by feist (@feistmusic) on

Feist, c’est cette auteure, compositrice et interprète canadienne à qui l’on doit notamment les tubes 1 2 3 4 et Mushaboom. Depuis, la songwriteuse a signé en 2011 Metals, son dernier album avant Pleasure, qui a été enregistré en partie dans une ancienne église de New York reconvertie en studio, avec une acoustique forcément particulière.

>> A lire aussi : «Toutes les portes s'ouvraient pour moi»

Intime et introspectif

L’Olympia devrait se prêter à merveille à l’interprétation de cet album intime et introspectif, qui alterne ballades (Young up, Baby be simple) et morceaux plus électriques : Pleasure, mais aussi la piste Century, sur laquelle s’est invité Jarvis Cocker, l’ancien chanteur de Pulp.

Cette date parisienne sera pour Feist le début d’une longue tournée européenne, avec notamment Berlin le 24 juillet et trois dates à Londres du 27 au 29 juillet.

>>> Acheter vos billets pour le concert de Feist à Paris