Tuerie de Chevaline: L'ADN et les autopsies vont parler

4 contributions
Publié le 7 septembre 2012.

FAITS DIVERS - Les résultats de l'examen des corps des quatre victimes seront connus vendredi soir ou samedi matin...

De nombreuses zones d’ombre persistent dans l’enquête sur le quadruple meurtre survenu mercredi à Chevaline (Haute-Savoie), mais plusieurs avancées pourraient être réalisées ce vendredi.

C’est d’abord l’ADN des victimes qui va parler: le comparatif des empreintes génétiques des victimes de la tuerie et de celles retrouvées à leur domicile supposé, dans la banlieue de Londres, devrait confirmer l’identité supposée des membres de la famille –le père d’origine irakienne, la mère, les deux filles survivantes et une femme de 73 ans au passeport suédois. En effet, si le nom du cycliste français décédé dans la fusillade a été dévoilé, celui du père, connu de source policière, n’a pas été confirmé par le procureur d’Annecy, qui attend d’être sûr à 100% de son identité. Une demande d'entraide internationale va être envoyée vendredi matin aux autorités britanniques afin de permettre l'identification des victimes et de récolter des indices sur la tuerie, a annoncé le parquet.

Témoignage attendu de l’aînée des fillettes

L’autopsie des quatre corps doit être réalisée cet après-midi à Grenoble et la voiture où ils ont été retrouvés, évacuée de la scène de crime jeudi en fin de journée, doit subir des analyses, notamment balistiques. Le procureur doit tenir une conférence de presse vendredi soir ou demain matin, une fois les autopsies réalisées, pour faire un point sur toutes ces avancées. Une information judiciaire avec saisine d’un ou deux juges d’instruction devrait ouverte dans les prochains jours. Autre élément important à venir: le témoignage de l’aînée des fillettes survivantes, âgée de 7 ans, dès que son état de santé le permettra.

Côté politique, François Hollande, en visite à Londres dans le cadre des Jeux paralympiques, a fait part jeudi de sa «solidarité» envers le «peuple britannique», et assuré que «tout sera fait pour retrouver le ou les coupables». Le Premier ministre britannique, David Cameron, a salué «une coopération très étroite avec les autorités françaises». Invité sur RTL vendredi, Manuel Valls a répondu au début de polémique sur le temps qu’il a fallu aux gendarmes pour se rendre compte de la présence de la jeune survivante de 4 ans dans la voiture, sous la jupe de sa mère décédée. «Les gendarmes, les enquêteurs, les techniciens, et les médecins ont accompli hier un travail de très grande qualité. (…) Il n’y a eu aucune faute», a-t-il insisté.

Morts d’une balle dans la tête

Quatre personnes, trois Britanniques et un Français, sont mortes par balles mercredi peu avant 16h sur les hauteurs du lac d’Annecy, près de Chevaline (Haute-Savoie). Elles ont été retrouvées dans leur voiture garée sur un parking forestier par un second cycliste, un ancien de la Royal Air Force possédant une résidence secondaire dans la région.

Les quatre victimes ont reçu au moins une balle dans la tête. Une fillette de 7 ans, gravement blessée à l’épaule et au crâne, a été retrouvée près de la voiture et est tirée d’affaire. Sa jeune sœur de 4 ans a été retrouvée mercredi vers minuit, prostrée sous la jupe de sa mère. Les Britanniques étaient en vacances depuis quelques jours dans un camping de la région, à Saint-Jorioz, et devaient rentrer en Grande-Bretagne avant la fin de la semaine. La victime française, un père de trois enfants travaillant en Savoie, est vraisemblablement une victime collatérale du meurtre des Britanniques.

Nicolas Bégasse
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr