Tuerie en Haute-Savoie: Une fillette retrouvée vivante au milieu des corps

34 contributions
Publié le 6 septembre 2012.

FAITS DIVERS - Les circonstances du quadruple meurtre, survenu près du lac d'Annecy, restent pour l'instant mystérieuses...

Un «miracle» dans le drame. En Haute-Savoie, sur les hauteurs du lac d'Annecy, où les corps de quatre personnes ont été découverts mercredi dans une voiture, une fillette a été retrouvée sauve, à minuit, prostrée sous les jambes de sa mère décédée, dans le véhicule.

Elle n'avait pas bougé depuis le meurtre survenu avant 15h50, mercredi. Sa présence n'avait pas été détectée à l'infrarouge à cause des basses températures. La gendarmerie ne pouvait pas toucher au véhicule sans la présence de la police scientifique, explique l'envoyé spécial de 20 Minutes sur place.

«Elle a entendu des bruits, des cris mais elle ne peut pas en dire plus»

«La petite parlait en anglais. Elle a entendu des bruits, des cris mais elle ne peut pas en dire plus, elle n'a que quatre ans», a précisé le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud. «Il va de soi que les deux fillettes sont protégées» par les forces de l'ordre, a ajouté le procureur, évoquant la soeur aînée, transférée dans un état grave à l'hôpital de Grenoble et dont les jours ne sont plus en danger. «Toutes les précautions ont été prises pour qu'elles soient encadrées, soignées et protégées dans les meilleures conditions possibles», a-t-il ajouté, se refusant à préciser le lieu où a été placée la cadette.

Le bilan se monte donc à quatre personnes tuées par balle. Une autre fillette, grièvement blessée, a été transportée par hélicoptère à l'hôpital de Grenoble mercredi soir pour y être opérée, avec un «pronostic vital engagé», selon le procureur d'Annecy, Eric Maillaud. Dans la matinée, son état s'est stabilisée et elle semblait être hors de danger.

 

Meurtre mystérieux

Les victimes sont mortes dans des circonstances mystérieuses sur les hauteurs du lac d'Annecy, en Haute-Savoie, sur un chemin forestier où a été découverte leur voiture immatriculée en Grande-Bretagne.

«On n'a pas d'éléments de nationalité», a déclaré à l'AFP dans la soirée Eric Maillaud, qui n'a pu approcher la scène du crime dans l'attente des techniciens de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (l'IRCGN, qui se déplace pour les plus grosses affaires), qui devaient passer toute la nuit sur place.

Ils devaient procéder à des relevés d'ADN, balistiques mais aussi étudier les traces d'éventuels autres véhicules passés à proximité de la BMW britannique, loin des regards des journalistes, tenus à plusieurs kilomètres de ce parking isolé en forêt.

Contacts avec la police britannique

Depuis la route menant au village voisin de Chevaline, un hélicoptère survolait encore dans la soirée cette zone boisée, marquée également par un ballet de voitures de gendarmerie. «Nous sommes informés de cette fusillade et nous enquêtons dessus de toute urgence», a réagi un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères, alors que l'ambassade de France à Londres est en contact avec la police britannique.

Pour l'heure, si l'identification des passagers reste à faire, le véhicule a déjà été identifié, a-t-on appris de source policière.

Les victimes ont été découvertes par un cycliste vers 15h50 dans leur BMW, sur ce parking forestier de la commune de Chevaline. Le témoin était entendu dans la soirée dans le cadre de cette enquête confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Chambéry.

Un homme était à l'avant du véhicule, deux femmes ont été retrouvées sur les places arrières, un cycliste gisait mort à l'avant droit de la voiture et la fillette grièvement blessée à l'avant gauche. Un grand nombre de douilles a été retrouvé sur le sol, autour du véhicule, a témoigné le procureur, témoignant de tirs extrêmement nourris.

20 Minutes avec AFP
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr