Rentrée scolaire au lycée Fustel de Coulanges le 2 septembre 2009.
Rentrée scolaire au lycée Fustel de Coulanges le 2 septembre 2009. - GILLES VARELA / 20 MINUTES

lucie romano

En quoi la crise économique pourrait-elle avoir changé le rapport à l'argent de poche des parents et des adolescents? Une enquête croisée de l'institut CSA, dévoilée par 20 Minutes*, révèle qu'ils n'ont pas la même vision des choses.

Décalage dans la perception

D'abord, pour 6 foyers sur 10, l'argent de poche pèse sur le budget, et même de plus en plus lourd, pour les familles monoparentales et les catégories les moins fortunées. Malgré la crise, les familles entendent néanmoins continuer à verser régulièrement de l'argent à leurs enfants de 14 à 17 ans, excepté pour 15% des parents interrogés (29% pour les familles de 4 enfants et plus).

Ils sont donc «attentifs à la continuité de leur effort, en dépit des difficultés», commente Didier Caylou, co-directeur du pôle Banque Assurance Services Industrie de CSA, qui a orchestré la réalisation de cette étude. Le plus étonnant, souligne-t-il, c'est «le décalage entre cette volonté des parents et les anticipations des adolescents qui sont eux moins certains de toucher leur argent de poche. Ils sont très sensibilisés à une réduction possible de leur pouvoir d'achat.»

La moitié des jeunes interrogés expliquent d'ailleurs qu'ils arrivent «à s'acheter de moins en moins de choses avec (leur) argent de poche». S'ils semblent si pessimistes, c'est sans doute aussi que l'argent de poche a pris une grande place dans leur vie. «L'idée est maintenant répandue que les adolescents, et même les pré-adolescents, doivent disposer d'une relative autonomie financière et relationnelle… Les parents n'ont plus beaucoup de contrôle sur leurs fréquentations, leurs looks…», complète le sociologue de la jeunesse Olivier Galland.

*Enquêtes en ligne réalisées par CSA sur un échantillon de 743 parents du 10 au 27 février, et de 499 adolescents de 14 à 17 ans, du 6 au 23 février, selon la méthode des quotas.

Service rémunéré

72% des interrogés utilisent l'argent de poche à titre de récompense, 56% s'en servent comme moyen de sanction. Plus de 6 foyers sur 10 ont donné de l'argent à leurs enfants contre un service rendu.