Un forcené de 44 ans, retranché chez lui avec six armes de chasse depuis vendredi soir à Bouchy-Saint-Genest (Marne), a été retrouvé mort sur son lit par les forces de l'ordre, a-t-on appris samedi auprès des gendarmes.
Un forcené de 44 ans, retranché chez lui avec six armes de chasse depuis vendredi soir à Bouchy-Saint-Genest (Marne), a été retrouvé mort sur son lit par les forces de l'ordre, a-t-on appris samedi auprès des gendarmes. - Jean-Francois Monier afp.com

© 2012 AFP

Un forcené de 44 ans, retranché chez lui avec six armes de chasse depuis vendredi soir à Bouchy-Saint-Genest (Marne), a été retrouvé mort sur son lit par les forces de l'ordre, a-t-on appris samedi auprès des gendarmes.

«Lorsque nous avons pénétré dans l'habitation, l'individu a été retrouvé inanimé sur son lit, son fusil entre ses jambes. A priori, il se serait suicidé», ont indiqué les gendarmes. L'assaut a été donné peu après 14h30, notamment au moyens de grenades fumigènes lancées à l'intérieur du domicile, après que les différentes tentatives pour entrer en contact avec le forcené se sont revélées infructueuses.

Une voisine blessée

Fortement alcoolisé, l'individu avait tiré plusieurs coups de fusil depuis son domicile vendredi soir vers 21h, blessant très légèrement une voisine, avant de se retrancher chez lui. «Les coups de feu étaient dirigés vers le sol, une balle a ricoché et atteint une personne qui passait par là à ce moment-là. La personne n'a donc été que très légèrement blessée», a indiqué une source proche de l'enquête. La voisine a souffert de quelques égratignures à la cuisse et à la main.

L'homme était «seul à son domicile et n'a(vait) pas d'otages», selon la même source. Seuls ses deux chiens ont été retrouvés, morts, par les gendarmes à l'intérieur de l'habitation. Samedi matin, un négociateur national et le GIGN étaient arrivés sur place, pour prêter main forte à la trentaine de gendarmes déjà mobilisés, a constaté un photographe de l'AFP. Le petit village de 200 habitants avait été entièrement bouclé.

Le forcené, peintre en bâtiment, était également «piégeur» [chasseur] agréé par la mairie de Bouchy-Saint-Genest. Il était déjà connu des forces de l'ordre qui avaient déjà dû intervenir récemment chez lui pour tapage. L'homme avait été quitté par sa compagne cet été. Le parquet de Châlons-en-Champagne a ouvert une enquête. Une autopsie du forcené doit être pratiquée.