Une quarantaine d'hectares de maquis ont été détruits vendredi aux portes d'Ajaccio par un incendie attisé par un vent violent qui a menacé des habitations, un vignoble et la centrale thermique de la ville.
Une quarantaine d'hectares de maquis ont été détruits vendredi aux portes d'Ajaccio par un incendie attisé par un vent violent qui a menacé des habitations, un vignoble et la centrale thermique de la ville. - Pascal Pochard-Casabianca afp.com

avec AFP

L'important incendie qui s'est déclaré vendredi aux portes d'Ajaccio (Corse-du-Sud) était maîtrisé samedi après avoir brûlé une cinquantaine d'hectares de maquis, sans faire de victime, a-t-on appris auprès des pompiers. Le feu, qui avait démarré vers 16H00 dans des collines surplombant le quartier de la Confina, au nord de la ville, s'était propagé rapidement en raison d'un vent violent. Il avait menacé un temps des habitations, la centrale thermique EDF du Vazzio et un vignoble.

Plusieurs dizaines d'hectares de maquis, rendu très sec par l'absence de pluie depuis plus de deux mois, avaient été ravagés en à peine une heure, suscitant l'inquiétude des autorités et des habitants. D'importants moyens ont été déployés face à cette menace, dont 80 hommes au sol et quatre bombardiers d'eau Canadair qui ont déversé de l'eau jusqu'à la tombée de la nuit.

Fermeture des massifs

L'incendie, dont l'origine est inconnue, n'a fait aucune victime et endommagé aucune habitation, selon les premiers éléments. Des pompiers restaient sur place samedi matin pour surveiller l'évolution du feu, qui devrait être totalement éteint dans la journée. Vendredi, plusieurs départs de feu de moindre importance ont eu lieu en Haute-Corse, notamment en raison d'un vent soufflant jusqu'à 100 km/h sur certaines zones côtières.

Plusieurs massifs montagneux avaient été d'ailleurs fermés à la circulation et interdits aux randonneurs en raison des risques d'incendie.