Un jeune homme de 25 ans, domicilié à Gignac-la-Nerthe à une vingtaine de kilomètres de Marseille, a été hospitalisé dans un état grave après avoir été enlevé et violemment battu par plusieurs individus dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris auprès du parquet d'Aix-en-Provence.
Un jeune homme de 25 ans, domicilié à Gignac-la-Nerthe à une vingtaine de kilomètres de Marseille, a été hospitalisé dans un état grave après avoir été enlevé et violemment battu par plusieurs individus dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris auprès du parquet d'Aix-en-Provence. - Gerard Julien afp.com

avec AFP

Un jeune homme de 25 ans, domicilié à Gignac-la-Nerthe à une vingtaine de kilomètres de Marseille, a été hospitalisé dans un état grave après avoir été enlevé et violemment battu par plusieurs individus dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris auprès du parquet d'Aix-en-Provence.

>> Le point sur la vague de violences à Marseille par ici

Selon Dominique Moyal, la procureure d'Aix, le jeune homme «a été conduit tôt dans un état grave à l'hôpital nord de Marseille, ayant manifestement été victime de violences, mais le pronostic vital ne semble pas engagé.» Il aurait été victime «d'un épisode de violence alors qu'il avait été enlevé et emmené dans un véhicule», a précisé la même source. L'enquête a été confiée au groupe criminel de la DIPJ de Marseille. «L'état de la victime n'a pas permis de l'interroger», a-t-on ajouté.

«Nouvelle tentative de règlement de comptes»

Selon le site de La Provence qui a révélé les faits, cette «affaire semble bien s'apparenter à une nouvelle tentative de règlement de comptes». Le quotidien régional indique que le jeune homme qui «roulait seul» dans sa voiture a été «pris en chasse par (quatre) malfaiteurs, munis de cagoules et armés de fusils» avant d'être rattrapé, placé dans le coffre de leur véhicule puis violenté.

La Provence.com précise que «la victime serait un proche d'un homme criblé de balles, toujours à Gignac, en mai dernier». De son côté, le parquet d'Aix-en-Provence, qui souligne que l'enquête débute, n'exclut «aucune piste, y compris celle d'un règlement de comptes entre bandes rivales».