L'Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture, par 330 voix contre 224, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011, marqué par des recherches d'économies pour contenir le déficit à 21,3 milliards d'euros (contre 23,1 milliards en 2010).
L'Assemblée nationale a adopté mardi en première lecture, par 330 voix contre 224, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011, marqué par des recherches d'économies pour contenir le déficit à 21,3 milliards d'euros (contre 23,1 milliards en 2010). - Jean-Pierre Muller AFP/Archives

M.P.

Comment limiter les dépassements d’honoraires? C’est le dossier dont doivent se saisir le 5 septembre les syndicats, l’assurance maladie et les complémentaires santé qui vont entamer des négociations.

Pour y parvenir, un syndicat de médecins, l’Umespe (Union nationale des médecins spécialistes confédérés) propose que les patients consultants des médecins aux honoraires exorbitants ne soient plus remboursés. Une «proposition choc», rapporte le Parisien dans son édition de vendredi. Cette mesure viserait les «300 médecins vedettes», dont 150 exercent dans le public, qui pratiquent des tarifs parfois dix fois supérieurs à celui de la Sécurité sociale.

Une moyen de diminuer la clientèle des ces «mandarins» mais qui aurait avant tout un impact sur les patients qui ne seraient plus remboursés. Pas si grave pour un patient qui a les moyens, plus ennuyeux pour un patient aux moyens plus limités. «Un assuré social peut se soigner sans obligatoirement passer par ces praticiens là», plaide auprès du Parisien le docteur Rey, du premier syndicat des médecins spécialistes libéraux.