Un membre de la bande impliquée dans le meurtre de deux militaires français fin juin en Guyane (département français en Amérique du Sud), a été arrêté lundi soir par la gendarmerie, après deux mois de traque, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
Un membre de la bande impliquée dans le meurtre de deux militaires français fin juin en Guyane (département français en Amérique du Sud), a été arrêté lundi soir par la gendarmerie, après deux mois de traque, a-t-on appris mardi de source judiciaire. - Jerome Vallette afp.com

avec AFP

Un membre de la bande impliquée dans le meurtre de deux militaires français fin juin en Guyane, a été arrêté lundi soir par la gendarmerie, après deux mois de traque, a indiqué ce mardi une source judiciaire.

Itamar Bezerra Alves, 25 ans, de nationalité brésilienne, a été arrêté dans le bourg de Régina (110 km de Cayenne) «où il se cachait depuis quelques jours dans une maison», dans une zone quadrillée par les gendarmes, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête. Il est soupçonné d'être «un des cadres de la bande de Manoelzinho», lui-même arrêté au Brésil le 27 juillet avec un autre membre de son équipe à Macapá (Brésil) par la police brésilienne, et qui a avoué sa participation aux meurtres des militaires français, selon cette même source.

Deux autres suspects arrêtés

Itamara Bezerra Alvez a été arrêté dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juillet pour «meurtres et tentatives de meurtres en bande organisée, associations de malfaiteurs, détention et port d'arme prohibée de 1ère catégorie» et confiée à deux juges d'instruction. Le suspect pourrait être présenté à un des deux juges en fin de semaine à l'issue de sa garde à vue qui peut se prolonger jusqu'à 96 heures dans ce cadre.

Deux autres suspects ont été également arrêté en Guyane les 16 août et 25 août. Il s'agit respectivement de Ribamar Souza Brito, alias «caxiado» (le frisé), interpellé près de Dorlin (sud-ouest) puis mis en examen avant d'être placé en détention provisoire, et de Ronaldo Miranda Carvalho, dit «Ronaldinho», arrêté sur un lieu connu de l'orpaillage à 150 km au sud de Cayenne et toujours en garde à vue actuellement. Le 27 juin, deux militaires français en opération de lutte contre l'orpaillage illégal dans ce secteur ont été tués «à l'arme de guerre», et trois autres gendarmes blessés lors d'un accrochage avec une partie de la bande de Manoel Moura Ferreira, dit «Manoelzinho».