Marseille: Le bébé enlevé à la maternité retrouvé sain et sauf, une femme en garde à vue

37 contributions
Publié le 28 août 2012.

FAIT DIVERS - La ravisseuse présumée a reconnu les faits...

Le bébé enlevé dans la nuit de lundi à ce mardi à l'hôpital Saint-Joseph de Marseille a été retrouvé dans la matinée au domicile d'une femme, a indiqué le parquet. L'enfant, qui a été identifié par sa mère, est en bonne santé, a assuré l'hôpital. La ravisseuse présumée, qui présente des «troubles de la personnalité», a été placée en garde à vue, et a reconnu les faits. L'alerte-enlèvement  lancée plus tôt, après la disparition de ce nourrisson de quatre jours, a été levée.

Le garçon prénommé Zacharias a été enlevé vers minuit dans cette maternité, une des plus importantes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur avec plus de 4.000 naissances par an. Selon les premières investigations, le personnel de nuit a alerté la police après avoir constaté la disparition du nourrisson qui dormait dans la chambre de sa mère, qui a deux autres enfants de 6 et 8 ans.

Bracelet d'identification

A la suite du déclenchement de l'alerte, «des personnes ont appelé les services de police pour dire que leur fille était chez eux avec un nouveau-né», a déclaré à l'AFP le procureur de la République à Marseille, Jacques Dallest. Les parents de la jeune femme gardée à vue, qui habitent le 13e arrondissement de la ville, avaient récupéré dans la nuit leur fille avec le bébé, non loin de l'hôpital. Le nourrisson était enveloppé dans un drap rose de la maternité et portait encore le bracelet d'identification de l'hôpital, selon une source proche de l'enquête

Jacques Dallest a évoqué une «instabilité professionnelle, un peu d'errance, des fugues et des difficultés» de la jeune femme qui était suivie par un pédopsychiatre depuis son adolescence «mais qui n'a jamais été internée». La piste d'une «femme en mal d'enfant» privilégiée par les enquêteurs était finalement la bonne. «Elle a acheté une poussette et des vêtements de puéricultrice. Elle a ouvert une liste de naissance dans un magasin et disait être enceinte d'un copain de Corse», a détaillé le procureur.

Lors de son audition, le père de la ravisseuse a expliqué que sa fille, dont il n'avait plus de nouvelles depuis le 4 août, lui a téléphoné lundi soir pour lui demander de venir la chercher dans le centre de Marseille. Il l'a trouvée avec un bébé dans les bras qu'elle a présenté comme le sien. A aucun moment, elle n'a fait état d'un enlèvement. Les parents, qui nourrissaient des doutes sur la véracité de l'histoire de leur fille, ont finalement prévenu la police ce mardi matin après le déclenchement du plan «alerte-enlèvement».

 

La ravisseuse présumée s'est présentée comme une élève infirmière

D'après les premiers témoignages recueillis par les enquêteurs, la ravisseuse se serait présentée lundi entre 21 et 22 h au personnel soignant en prétextant être enceinte et avoir besoin de soins. Comme elle ne présentait aucun signe apparent de grossesse, elle a été raccompagnée vers la sortie de l'établissement.

Un autre témoignage, corroboré par une caméra de surveillance, la montre sortant de la maternité vers minuit avec dans les bras ce qui pourrait être un enfant enveloppé dans une couverture rose. Les enquêteurs disposaient également de plusieurs témoignages faisant état du comportement suspect d'une femme à l'hôpital Conception, un autre établissement de la ville, lundi en fin d'après-midi.

Se présentant comme élève infirmière, cette dernière a fait le tour de plusieurs chambres de la maternité pour proposer à celles qui venaient d'accoucher de garder leur enfant pour la nuit. «La femme de la Conception et celle de Saint-Joseph présentent le même signalement avec une même tâche caractéristique sur la joue droite», avait dit le directeur adjoint de la police judiciaire de Marseille, Christian Sivy.  A l'issue de sa garde à vue, la jeune femme doit être déférée au parquet qui va demander son placement sous mandat de dépôt pour les faits «d'enlèvement de mineur de moins de 15 ans». Elle encourt une peine de 30 ans de prison.

E.O. et C.C. avec agences
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr