L'incendie près de Lacanau circonscrit, 650 hectares détruits

3 contributions
Publié le 17 août 2012.

INCENDIE - Deux pompiers ont été blessés....

L'incendie qui a détruit depuis jeudi au moins 650 hectares de forêt près de la station balnéaire de Lacanau (Gironde) était circonscrit vendredi en fin de journée, mais les pompiers restaient vigilants face aux risques de reprise liés au vent et à la canicule.

 

«Le feu est calé, il n'y a plus de flammes, il n'y a plus de propagation et depuis le début de la matinée les sapeurs-pompiers font un travail sur les lisières de l'incendie», a déclaré sur place en mi-journée le préfet de Gironde, Patrick Stéfanini, 24 heures après le départ du feu. «L'incendie ne progresse plus, mais il n'est pas tout à fait stabilisé, avec ponctuellement des fumerons, des foyers qui ont tendance à reprendre sur la zone déjà incendiée, mais sont maîtrisés», a précisé le centre opérationnel des pompiers de Gironde. «On fait du travail un peu chirurgical».

Quatre pompiers blessés

Le dispositif, à savoir 200 hommes appuyés par 70 engins, quatre avions Canadair et un avion Dash, devait rester en place jusqu'à samedi soir au moins, deux Tracker se substituant à deux Canadair, a indiqué le préfet en soirée. Les avions, qui s'approvisionnent dans le lac de Lacanau tout proche, devaient cesser leurs largages d'eau à la tombée de la nuit. Ils en ont effectué plus de 200 vendredi, après une centaine la veille.

Quatre pompiers ont été blessés, sans gravité, depuis le début de l'incendie, l'un des plus violents en France depuis le début de l'été.

Sur la zone de l'incendie, à 10km environ de la station de Lacanau sur la côte Atlantique, la vigilance porte surtout sur «des conditions météo toujours aussi défavorables», avec des températures caniculaires prévues ce week-end et les vents qui tournoient beaucoup près de l'Océan, a précisé Patrick Stefanini.

Aussi par largages, par débroussaillages au bulldozer, les pompiers «traitent les 12 km de lisière (contour) de feu pour éviter qu'il y ait des reprises, et lorsqu'il y en a, réagir au plus tôt pour accéder au plus près, les traiter avant qu'elles ne prennent trop d'ampleur», a déclaré sur place le capitaine Sylvain Journaux, en charge de la communication.

Une «mauvaise nuit» au Domaine des Talaris

L'incendie s'était déclenché jeudi vers 12h40 en bordure de la départementale 3, touchant un massif forestier au nord-est du lac de Lacanau. Aucune évacuation n'a été nécessaire dans la nuit ni vendredi. Toutefois, au camping des Fougères, face au massif forestier brûlé séparé du site par la départementale 6 qui a agi comme un coupe-feu, de nombreux vacanciers étaient simplement partis d'eux-mêmes alors que certains, se sentant menacés, s'étaient réfugiés jeudi quelques heures sur la plage.

Ailleurs, au Domaine des Talaris, sans électricité comme le camping, les vacanciers de ce complexe de petits chalets en bois, ont avoué à l'AFP avoir passé «une mauvaise nuit», marquée par l'odeur âcre de la fumée et l'anxiété. «On ne pouvait pas rester dehors. Cela piquait les yeux et irritait la gorge. Et même à l'intérieur avec tout fermé, on sentait toujours cette odeur de brûlé», a déclaré Bertrand, un vacancier picard qui n'oubliera pas son dernier jour de vacances.

Concernant l'origine de l'incendie, la piste d'un mégot de cigarette imprudemment jeté par un automobiliste est privilégiée par la gendarmerie.

La départementale D3, reliant Lacanau à Carcans, restait coupée vendredi soir, mais les habitants disposaient d'alternatives pour circuler dans cette région boisée à l'habitat dispersé.

© 2012 AFP
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr