"Aucun requin n'a été pêché" lors de la première sortie en mer de deux bateaux affrétés par l'Etat dans le cadre de la campagne de prélèvement visant à capturer 20 individus aux fins d'analyse, selon un communiqué de la préfecture de la Réunion publié samedi.
"Aucun requin n'a été pêché" lors de la première sortie en mer de deux bateaux affrétés par l'Etat dans le cadre de la campagne de prélèvement visant à capturer 20 individus aux fins d'analyse, selon un communiqué de la préfecture de la Réunion publié samedi. - Richard Bouhet afp.com

© 2012 AFP

«Aucun requin n'a été pêché» lors de la première sortie en mer de deux bateaux affrétés par l'Etat dans le cadre de la campagne de prélèvement visant à capturer vingt individus aux fins d'analyse, selon un communiqué de la préfecture de la Réunion publié samedi. «La première sortie en mer destinée à des prélèvements de requin a été réalisée dans l'après-midi et la soirée de vendredi 10 août dans les secteurs de Saint-Gilles et Boucan Canot», a indiqué la préfecture. Précisant que cette sortie avait eu lieu «dans et en dehors du périmètre de la réserve naturelle nationale marine de la Réunion», la préfecture fait savoir qu'«aucun requin n'a été pêché», alors que «d'autres sorties sont programmées la semaine prochaine».

De nouveaux «moyens de protection» à l’étude

Le communiqué rappelle que l'opération a été engagée dans le but de «réévaluer le risque de ciguatéra et d'autres toxines sur la base duquel la commercialisation de certains requins a été interdite»: elle fait suite aux instructions du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, et aux décisions prises avec les maires des communes de l'ouest, après une rencontre lundi. «L'objectif est de disposer des informations permettant de savoir si l'interdiction de commercialisation des poissons concernés, édictée en 2009, peut être levée et permettre ainsi une reprise de la pêche de ces espèces qui n'est plus pratiquée faute de débouché commercial», rappelle la préfecture. Elle souligne ainsi qu'«en aucun cas, il ne s'agit de prélèvement de régulation des populations de requins présents dans les eaux réunionnaises dont le volume et les comportements ne sont pas connus actuellement».

Selon la préfecture, une «politique durable de gestion du risque requin» et l'engagement de nouveaux «moyens de protection» des usagers de la mer ne pourront être menés qu'à l'issue de l'étude conduite actuellement par l'IRD (Institut de recherche pour le développement) sur la connaissance des requins présents autour de l'île. En octobre dernier, sous l'égide de l'IRD, avait été lancée une opération de marquage acoustique, visant à étudier les raisons de la présence des requins et leurs déplacements le long de la côte ouest, où ont eu lieu la plupart des attaques depuis début 2011. Les trois surfeurs tués en 2011 et 2012 l'ont tous été dans cette région, la plus touristique de l'île.