Dijon: Le forcené tue son ex-belle-mère et se suicide

26 contributions
Publié le 29 janvier 2014.

FAIT DIVERS - Le forcené s'est, semble-t-il suicidé après avoir abattu la mère de son ex-compagne...

Tragique issue dans la prise d'otage à Dijon. Le forcené armé qui séquestrait ce lundi à son domicile les parents de son ex-concubine a été retrouvé mort après avoir tué la mère. Le père est en état de choc. Un litige conjugal est à l'origine du drame

 

Il était 22h30 lorsque le GIPN est intervenu à l'intérieur de l'appartement situé au 60 rue des Perrières et a découvert entre le rez de chaussée et l'étage les corps du preneur d'otage et de la mère de son ex-concubine. Sain et sauf mais en profond état de choc et légèrement blessé, le père a été immédiatement transféré à l'hôpital de Dijon.

 

Depuis 16h, Mickaël William, un Dijonnais âgé de 28 ans déjà connu pour des actes de violence, retenait les parents de son ex-compagne. Ils s'étaient présentés en début d'après-midi à son domicile pour récupérer des effets personnels de leur fille suite à la séparation du couple. Inquiète de ne pas voir revenir ses parents, cette dernière a alerté les services de police.

 

Echecs des négociations

Sur place, les forces de l'ordre ont entendu un coup de feu «mais en aucun cas ce ne sont les policiers qui ont été visés», précise le procureur adjoint François Schneider. Un périmètre de sécurité avait été établi un peu plus tôt de part et d'autre de la rue des Perrières située à proximité de la gare de Dijon.

 

Vers 19 heures, le groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) de Lyon a été dépêché et celui de Strasbourg a également été appelé en renfort. Les tentatives pour prendre contact avec le forcené sont restées vaines. « Nous avions de bonnes raisons de penser qu'il y avait au moins une personne encore en vie », a déclaré Julien Marion, le secrétaire général de la préfecture de Côte-d'Or. Seul le père a finalement réussi à communiquer avec les forces de l'ordre depuis une fenêtre de l'habitation. Sans signe de vie de Mickaël William, le GIPN a décidé d'intervenir dans les combles de l'habitation où l'homme était retranché avant de faire la macabre découverte.

 

Suicide du forcené

«Il est trop tôt pour se prononcer sur les circonstances exactes du drame», ont précisé l'adjoint au procureur et le secrétaire général de la préfecture. D'après les premières constatations, le forcené s'est donné la mort avec le fusil qui a servi à abattre la mère de son ex compagne, âgée de 53 ans et résidant à St Apollinaire, une commune près de Dijon. Le témoignage du père et l'autopsie des corps permettront de faire toute la lumière sur ce drame. L'enquête, elle, a été confiée à la sûreté urbaine de Dijon. Au total quatre vingt agents de la direction départemental de la sûreté publique et une vingtaine de membres du GIPN ont été mobilisés sur cette opération.

 

Dans un communiqué de presse et par la voix de son premier adjoint présent sur place, le sénateur maire de Dijon François Rebsamen, qui s'associe à la douleur des victimes et a tenu à «saluer l'action des forces de police et a fait part de sa consternation face à un acte d'un forcené qui a détruit toute une famille». Le procureur de la République, Eric Lallement, tiendra une conférence de presse mardi en fin de matinée.

 

Florence Donjon, à Dijon
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr