Vieillesse: « Il n'y a pas une famille qui ne soit pas concernée par la question de l'autonomie»

1 contribution
Publié le 20 juillet 2012.

Dépendance – La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, Michèle Delaunay, s’est rendue ce jeudi à la maison de vacances de Morainvilliers des petits frères des pauvres qui accueillent des personnes âgées chaque été…

Pour son premier déplacement, Michèle Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie a choisi la maison de vacances de Morainvilliers des petits frères des pauvres qui accueillent un peu plus de 2.000 personnes âgées chaque été. L’occasion pour la ministre de rappeler lors d'une conférence de presse à tous les Français que la solidarité entre générations est essentielle mais aussi d’esquisser des pistes de réflexion sur la future loi sur la dépendance et son éventuel financement.

Michèle Delaunay a souhaité rappeler que son ministère était prêt à affronter une nouvelle canicule. Et que l'été reste une période particulièrement difficile pour les âgés lorsque les familles sont loin et les boutiques ferment.

Michèle Delaunay a insisté sur son attachement à positiver la vision des personnes âgées. Au point que l’intitulé de son ministère devienne celui de l’Autonomie plutôt que la Dépendance."Je veux que nous dépassions l’image de la personne âgée en fauteuil roulant. Mon ministère ne va pas s’occuper uniquement de la période où on est en grande dépendance, mais je vais axer la loi  sur des pistes pour ralentir la dépendance. Par exemple pour l’audition, si on dépiste assez tôt, on peut appareiller les personnes qui restent autonomes. Nous avons fait des progrès médicaux à l’origine du plus grand progrès du 20e siècle: le doublement de l’espérance de vie. Au début du 21e siècle, c’est notre plus grand défi: la société doit s’acclimater à ce phénomène. "

Pour redonner aux personnes âgées leur dignité, elle insiste sur le rôle que ces Français peuvent jouer notamment pour la création d'emplois. "Je veux mettre en valeur ce qu’apportent les âgés à notre société. Souvent, ils représentent un point d’ancrage et une aide financière aux familles. Ils sont à l’origine de créations d’emplois. Une économie se met en place avec l’allongement de la durée de vie. Je veux parler aussi d’innovation. On pourrait imaginer un déambulateur qui soit plaisant à voir…"

Cette loi sur l'autonomie ne devrait pas arriver en 2012, ni même en 2013. La ministre espère tout de même qu'elle sera présentée "dans la première moitié du quinquennat. Je ne veux pas que ce soit une loi sur la grande dépendance mais sur l’anticipation et l’adaptation à l’avancée en âge."

Se pose alors le problème de son financement dans une période de crise. La ministre a esquissé quelques possibilités, tout en rappelant que toutes les options étaient encore ouvertes. " Je soutiens l’idée que nous puissions avoir une recette au moins partiellement dédiée à cette réforme. Les retraités doivent participer à cette solidarité, à la hauteur de leurs revenus. On pourrait étendre la journée de solidarité à tout le monde, aux professions libérales, aux retraités et en tirer un bénéfice. Heureusement, aucun groupe social n’est à l’abri de la vieillesse! Autre possibilité, étendre le champ de la contribution sociale généralisée (CSG) à égalité pour tous." Actuellement les pensions de retraite sont assujetties à la CSG au taux de 6,6%, contre 7,5% pour les revenus d'activité.

Oihana Gabriel
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr