Des vacances pour oublier l'isolement

2 contributions
Publié le 19 juillet 2012.

SOCIAL – Certaines personnes âgées et modestes profitent de séjours au vert grâce aux petits frères des Pauvres…

Les jolies colonies de vacances ne sont pas réservées aux plus jeunes. Depuis 1949, l’association les petits frères des Pauvres offre aux personnes de plus de 50 ans la possibilité de s’évader au vert quelques jours pour des vacances plus que bienvenues. Ce jeudi, la ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie Michèle Delaunay (PS) faisait son premier déplacement dans une des dix-huit maisons de vacances des Petits Frères des pauvres à Morainvilliers (Yvelines).

« C’est le lieu idéal pour exprimer aux Français leur devoir de sollicitude vis-à-vis des âgés, souligne la ministre. Quand l’été arrive, le quartier se dépeuple, l’épicerie ferme, la pharmacie aussi. Même si les pouvoirs publics ne se défaussent pas, rien ne remplace un coup de fil, le passage d’un voisin pour vérifier que nos aînés boivent et ne se sentent pas trop seuls. »

Dans la grande maison, que l’on dirait « familiale comme dans Les Malheurs de Sophie », selon les mots de la ministre, onze personnes vivant à Lille et suivies toute l’année par l’association bénéficient d’une bouffée d’air et de sociabilité pendant dix jours. « C’est merveilleux ! s’exclame Fernande, 92 ans. Je vis seule à Lille, j’ai eu quatre enfants, deux sont décédés, les deux autres vivent loin. C’est bon de voir du monde, de pouvoir discuter, de bien manger, d’être entouré de gens agréables. » Dans un grand salon deux bénévoles et deux « pensionnaires » s’affrontent au loto. « Personne n’a le 33 ? C’est la Gironde ! », rigole la ministre qui a battu Alain Juppé aux élections législatives sur ses terres en 2007.

Jeux, zoo et atelier salade de fruits

Ces onze pensionnaires, dont sept sont en fauteuil roulant, profitent de l’écoute et de l’aide de huit bénévoles, qui les promènent, font leur toilette, partagent jeux et lectures. Mauricette fait partie des habituées de ces colonies particulières. « J’accompagne deux personnes à la semaine et je fais deux séjours par an, raconte cette bénévole de 71 ans. Les personnes valides sont ravies d’aller faire des courses, on a aussi été à France miniature où ils ont pu découvrir des monuments de villes qu’ils n’ont jamais vues. Je sais que je serai un jour du côté des accompagnés. »

Chaque jour, une activité est proposée aux onze pensionnaires. Jeux à la Fête des Loges, visite au zoo,  atelier salade de fruits, découverte d’une distillerie ou après-midi dansante au restaurant… Virginie, une bénévole qui habite Plaisir (Yvelines), est venue en renfort pour leur permettre de découvrir une région qu’ils ne connaissent pas. Toutes ces respirations font un bien fou à Louis, 75 ans, qui profite pour la septième fois des ces vacances : «  J’habite seul dans le centre de Lille. A part ma fille, il n’y a que les Petits Frères des pauvres qui m’aident. a me soulage parce que sinon je ne peux pas bouger de chez moi, je suis amputé d’une jambe et en fauteuil roulant. » Ce moustachu en short à carreaux n’a pas perdu son humour : « vous n’auriez pas une jambe d’occasion ? », demande Louis.

Des pensionnaires rayonnants

Thomas Gallet, un référent salarié à Lille des petits frères des Pauvres, est venu à Morainvilliers pour vérifier que tout va bien. « On leur demande une participation financière selon leurs revenus. Cela va de quelques centimes pour les plus modestes à 380 €. De début juin à fin septembre une vingtaine de personnes viennent passer dix jours ici et dans les 17 autres maisons de vacances. J’ai retrouvé les personnes suivies rayonnantes. L’un d’eux n’était jamais sorti de Lille. La première nuit ici, il n’a pas dormi, il ne voulait pas perdre une seconde ! »

Oihana Gabriel
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr