Le preneur d'otage est interpellé par les forces de l'ordre dans la cour d'une école maternelle de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) , le 10 juillet 2012.
Le preneur d'otage est interpellé par les forces de l'ordre dans la cour d'une école maternelle de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) , le 10 juillet 2012. - V. WARTNER / 20 MINUTES

C.C. et W.M. sur place

L'auteur d'une prise d'otage dans une école maternelle de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a été placé en garde à vue pour enlèvement et séquestration de nature criminelle ce mardi après-midi après avoir été appréhendé en fin de matinée par les forces de l'ordre, a indiqué une source judiciaire à 20 Minutes. Agé de 31 ans, il est inconnu des services de police et son casier judiciaire est vierge. Ses motivations ne sont pas connues. 

Vêtu d'un bonnet sur la tête, le forcené est sorti seul en fin de matinée, les mains en l'air et en courant dans la cour de l'établissement, avant d'être mis au sol et maîrisé avec un Taser par les forces de l'ordre. Il a ensuite été évacué dans une ambulance. Son dernier otage, un parent d'élève, venait d'être exfiltré par le Raid quelques minutes avant. Une source judiciaire a précisé en début d'après-midi que l'arme du forcené était factice.

Pris en otage pour libérer les enfants

Le preneur d'otage est intervenu dans l'école maternelle vers 7h10. Selon Le Figaro, le dernier otage était un ancien militaire venu accompagner son enfant à l'établissement qui sert de centre de loisirs pendant les vacances scolaires. Celui-ci aurait détourné l'attention du forcené afin de faire libérer les enfants retenus dans un premier temps, a indiqué une source policière à 20 Minutes. Selon une source judiciaire citée par Reuters, l'homme a été en contact avec trois enfants de 3 à 5 ans lors de son arrivée sur les lieux, sans que l'on sache s'il les a menacés.

L'école maternelle était cernée par le Raid qui a négocié avec le preneur d'otage. Un important périmètre de sécurité avait été installé autour de l'établissement et le quartier était complètement bouclé, les habitants des alentours ayant commencé à être évacués vers 9h, selon notre journaliste sur place.