Enregistrements de Merah: Si vous avez raté le début

56 contributions
Publié le 10 juillet 2012.

ÉCLAIRAGE - «20 Minutes» fait le point sur la diffusion des enregistrements et sur les conséquences pour TF1, la police et les familles de victimes...

Qu’entend-on dans ces enregistrements audio?

Durant la dizaine de minutes d’enregistrements audio diffusée dimanche par TF1, sur plus de 4 heures qu’affirme détenir la chaîne, on entend une partie des négociations entre Mohamed Merah, retranché dans une pièce de son appartement toulousain, et les policiers. Deux d’entre eux se relaient pour lui parler: un négociateur du Raid et «Hassan», l'agent de la DCRI qui l'a rencontré de retour de son voyage au Pakistan quelques mois auparavant. Mohamed Merah y parle tour à tour, d’un ton plutôt calme, de ses conditions d’assiégé, de ses voyages au Moyen-Orient, de ses tueries passées et à venir. Enfin, on y entend Merah refuser, malgré l’insistance des négociateurs, de se rendre.

Quelles ont été les réactions à cette diffusion?

La diffusion de cet enregistrement a suscité la colère du ministère de l'Intérieur, Manuel Valls regrettant qu'«aucune précaution (n'ait) été prise pour respecter les familles des victimes». La représentante du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) en Midi-Pyrénées s'est déclarée «choquée» et «terrifiée» par la teneur de ces enregistrements. Simon Cohen, avocat de familles endeuillées par l'attaque du lycée Ozar Hatorah, s'est ému que TF1 n'ait pas prévenu les proches des victimes avant cette diffusion. «Les victimes sont scandalisées d'apprendre le contenu de ces négociations à la télévision. A ce rythme, ce sont les vidéos des tueries qui se retrouveront sur la toile et l'atteinte sera alors irrémédiable», s’est également inquiété l’un des avocats des familles de victimes.

Comment se justifie TF1?

«Nous avons agi en responsabilité» en diffusant un «document à forte valeur d'information», a assuré Emmanuel Chain, producteur de l'émission Sept à Huit, après les multiples réactions. «Nous l'avons fait en conscience parfaite de ce que cela pouvait avoir comme valeur informative», insiste encore Catherine Nayl, directrice de l’information du groupe. Concernant son retrait du «replay» de l’émission sur le site de TF1, un membre la chaîne a affirmé à 20 Minutes: «On n’a pas mis volontairement le passage en Replay TV afin de garder la maîtrise éditoriale de ce document très fort. Mais ça n’enlève en rien son caractère informatif.»

Comment l’enregistrement a-t-il fuité?

Une enquête de la police des polices lancée après la diffusion des enregistrements devra le déterminer. Un avocat d'un proche des victimes de Mohamed Merah a soupçonné lundi un service de police d’être à l’origine de la fuite, les enregistrements n’ayant selon lui toujours pas été versés au dossier d'instruction et n’ayant donc pas été transmis aux avocats. «Cet enregistrement (...) n'est actuellement physiquement sur son support détenu que par la police scientifique (...) et par les services en charge de l'enquête», c'est-à-dire la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la Sous-direction antiterroriste (SDAT), a déclaré cet avocat.

Quelles conséquences pour TF1?

Une plainte collective pour «recel du secret de l'instruction» a été déposée contre la chaîne de la part des familles de victimes. De plus, une enquête préliminaire du parquet de Paris pour «violation du secret de l'instruction». Enfin, TF1 sera auditionnée mardi par le CSA, en compagnie de BFMTV et d’i-Télé.

Nicolas Bégasse avec AFP
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr