Un élève planche sur l'épreuve de philosophie du Baccalauréat 2010 au lycée Jacques Callot de Vandoeuvre les Nancy le 17 juin 2010
Un élève planche sur l'épreuve de philosophie du Baccalauréat 2010 au lycée Jacques Callot de Vandoeuvre les Nancy le 17 juin 2010 - P. EMILE/SIPA

Nicolas Bégasse

Vendredi dernier, les 703.059 candidats au bac 2012 ont appris s'ils étaient reçus, recalés ou convoqués à l'oral de rattrapage. Pour ces derniers, le week-end a été dense: ils n’ont que quelques jours pour se préparer, les oraux s’étalant de ce lundi à mercredi. Le principe: un sujet tiré au hasard, vingt minutes de préparation et vingt minutes d’oral face au jury. 20 Minutes a demandé à des profs leurs bons conseils, à quelques heures ou quelques jours de l’oral.

Faut-il s’entraîner?

Avant l’oral, il y a le stress à la maison. Comment s’occuper utilement chez soi en attendant le moment fatidique? «Comme pour tous les oraux, il est intéressant de s’enregistrer, pourquoi pas avec un chronomètre pour vérifier que l’on tient environ dix minutes», indique Marianne, prof d’anglais dans un lycée de l’Essonne. «Mais honnêtement, ça ne tient jamais aussi longtemps, dix minutes c’est long. On peut aussi le présenter à quelqu’un, ou s’enregistrer.» Hakim, prof d’histoire-géographie qui a fait passer les oraux de rattrapage il y a deux ans, insiste plus sur la partie qui suit la présentation orale: les questions du jury. «Il n’y a pas forcément besoin de s’entraîner avec un chronomètre. Il faut traiter le sujet qu’on donne mais il faut aussi répondre aux questions posées par le jury et savoir rebondir dessus. Le candidat est souvent jugé sur cette partie-là.»

Comment bien profiter des vingt minutes de préparation?

«Il faut penser aux principaux éléments du sujet, répertorier les grands axes qui serviront de guide pendant la présentation», conseille Hakim. En tant que prof d’anglais, Marianne s’attache aux particularités de l’oral de langue étrangère: «Pour un oral de langue vivante, ils ont le texte sous les yeux, qu’ils ont normalement déjà préparé pendant l’année. Il faut mettre le plan préparé sur le brouillon, anticiper les questions de l’examinateur. On n’évalue pas l’accent ou la connaissance de la langue, on veut juste voir si le candidat a bossé les textes préparés pendant l’année. Cet oral est destiné à rattraper un plantage accidentel pendant l’épreuve du bac.»

Faut-il bien soigner son apparence et son attitude?

«Il y a un minimum à respecter, même si en fin d’année on peut être tenté d’être plus relâché», commence Marianne. «Mais on n’attend rien d’autre niveau tenue que ce qu’on exige en classe pendant le reste de l’année». Cependant, estime la prof d’anglais, «dans son attitude, le candidat doit donner l’impression que c’est sérieux.» Pour Hakim, «il ne faut pas oublier de dire bonjour messieurs, mesdames ou madame, monsieur». Mais le prof d’histoire-géo relativise: «Sincèrement, on ne regarde pas trop les habits et l’apparence, ce n’est pas un oral pour rentrer dans une grande école de commerce.»