Affaire Bettencourt: Prévost-Desprez mise en examen pour «violation du secret professionnel»

11 contributions
Publié le 3 juillet 2012.

JUSTICE - La juge de Nanterre avait été entendue lundi par son collègue Philippe Darphin...

La juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez a été mise en examen lundi à Bordeaux pour «violation du secret de l'instruction» par le juge Philippe Darphin, a indiqué mardi le procureur de la République de Bordeaux, Claude Laplaud.

«Au terme d'une déposition de témoin assisté reçue» lundi par Philippe Darphin, vice-président chargé de l'instruction au TGI de Bordeaux, Isabelle Prévost-Desprez, vice-présidente au Tribunal de grande instance de Nanterre, «a reçu notification de sa mise en examen pour violation du secret professionnel à raison d'indices de transmission à des tiers d'informations issues d'une procédure pénale alors pendante devant le tribunal correctionnel de Nanterre dans le cadre de l'affaire Bettencourt», précise le communiqué. «Il est rappelé que Mme Isabelle Prévost-Desprez bénéficie de la présomption d'innocence», souligne le procureur.

Un article de presse au coeur de l'affaire

Isabelle Prévost-Desprez, vice-présidente au TGI de Nanterre, avait été entendue lundi à Bordeaux par Philippe Darphin, chargé d'instruire un dossier de violation du secret professionnel visant la magistrate qui était accompagnée de son avocat, Lev Forster. Le domicile de la magistrate avait été perquisitionné en début d'année, et des policiers avaient été envoyés dans son bureau de Nanterre au printemps dernier pour mener des investigations sur son ordinateur.

Ce dossier fait suite à une plainte de la milliardaire Liliane Bettencourt, aujourd'hui placée sous tutelle, qui avait été irritée qu'une perquisition menée le 1er septembre 2010 à son domicile à la demande d'Isabelle Prévost-Desprez ait été relatée en détail dans le numéro du Monde publié en début d'après-midi le même jour.

Devant juger le photographe François-Marie Banier pour abus de faiblesse, la juge s'était auto-chargée de mener un supplément d'information. La plainte stipulait que l'article décrivait la perquisition «comme si ses auteurs y avaient assisté» et rapportait que l'un des deux journalistes avait précédemment co-écrit un livre avec Isabelle Prévost-Desprez.

Avec AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr