Deux cents fonctionnaires de police aidés de chiens pisteurs et de sapeurs-pompiers recherchent les deux cousins.
Deux cents fonctionnaires de police aidés de chiens pisteurs et de sapeurs-pompiers recherchent les deux cousins. - S. ORTOLA / 20 MINUTES

à bordeaux, Elsa provenzano

Tous les moyens techniques disponibles sont mobilisés pour retrouver les deux enfants qui ont disparu, samedi soir, à Eysines, près de Bordeaux (Gironde). « Deux cents fonctionnaires de police aidés de chiens pisteurs et de sapeurs-pompiers sont sur le terrain », a expliqué le préfet délégué à la sécurité, Hubert Weigel, lundi soir. Les chiens ont pu retracer le chemin emprunté par les enfants, deux cousins âgés de 7 ans. Les fouilles se sont concentrées, lundi, sur les milieux boisés de la commune de l'agglomération bordelaise. Un hélicoptère muni d'une caméra thermique permet de les survoler. « Le périmètre s'élargit rapidement et les fonctionnaires travaillent d'arrache-pied », précise Hubert Weigel.

Tous les scénarios sont envisagés
Les deux cousins participaient à une fête d'anniversaire familiale, samedi. Leurs parents les croyaient en train de jouer au ballon quand ils ont trouvé le portail de la maison ouvert et constaté leur disparition. « Il n'y a pas eu d'alerte enlèvement, car celle-ci est déclenchée seulement si l'enlèvement est constaté », a expliqué le procureur de Bordeaux. Néanmoins, tous les scénarios sont envisagés. Des vérifications ont eu lieu aux domiciles de personnes mises en cause dans des affaires de pédophilie et d'agression sexuelle, sans succès et l'appel à témoin lancé ce week-end n'a pas encore permis d'obtenir d'éléments décisifs. Lundi, le lac de Bordeaux, assez éloigné du lieu de la disparition, a été sondé puisque « les enfants ont semblé frustrés de ne pas pouvoir se baigner », a précisé le préfet délégué à la sécurité. Les recherches se sont poursuivies dans la nuit de lundi. « Cela fait 48 heures que nous les cherchons, mais fort heureusement les conditions météo sont favorables », estime Hubert Weigel. Une recherche au niveau national a été mise en place pour éviter que les deux enfants quittent le territoire.

les riverains du quartier bordelais en émoi

« Cela fait cinquante ans que j'habite cette maison et c'est la première fois qu'il y a un tel drame », raconte une personne âgée qui vit dans l'impasse où les enfants ont passé la soirée de samedi. « On ne sait rien, mais on est inquiet, car cela pourrait être un enlèvement », réagit un autre voisin.