Luka Rocco Magnotta était dans le viseur de la police depuis plus d’un an

6 contributions
Publié le 25 juin 2012.

ENQUÊTE - Selon un quotidien québécois, la police de Toronto était à la recherche du tueur présumé depuis des mois...

Le pire aurait-il pu être évité? Selon le site du quotidien canadien La Presse, les services de police de Toronto enquêtaient depuis plus d’un an sur Luka Rocco Magnotta avant qu’il ne soit accusé d’avoir tué et démembré Lin Jun, ressortissant chinois de 33 ans, à Montréal, à la fin du mois de mai dernier. Dans le même article, le journal québécois explique comment, à deux semaines près, la police aurait pu mettre la main sur le jeune homme et, peut-être, l’empêcher d’accomplir le macabre forfait dont il est soupçonné.

Fin 2011, le tueur présumé, aujourd’hui âgé de 29 ans et récemment transféré de l’Allemagne vers le Canada, emménage dans un immeuble de Montréal. Son propriétaire, dont le témoignage a été recueilli par La Presse mais qui préfère rester anonyme, décrit Magnotta comme «un gars ordinaire», «éloquent», qui «n’avait pas l’air d’un pouilleux». En février 2012, le mannequin et acteur porno déménage, ne prévenant de son départ qu’une semaine à l’avance et affirmant partir pour Toronto. En fait, il déménage dans un autre quartier de Montréal, là même où il aurait tué et démembré Lin Jun.

Cruauté envers les animaux

Ce n’est que deux semaines après, au mois de mars 2012, que son désormais ex-propriétaire reçoit un appel des policiers de Toronto, qui cherchent à savoir où se trouve Magnotta. En fait, celui-ci faisait l’objet d’une enquête depuis plus d’un an, après qu’une société de protection des animaux avait déposé plainte à Toronto pour cruauté envers les animaux à l’encontre du jeune mannequin. Il serait la vedette de plusieurs vidéos montrant des chatons étouffés dans des sacs plastiques ou dévorés par un serpent.

On ignore ce que la police comptait obtenir de Luka Rocco Magnotta, ou si son entrevue avec les enquêteurs aurait pu empêcher la mort et le dépeçage de Lin Jun. «Pour être franche, je ne peux pas aborder ces détails parce que le dossier est toujours actif», a affirmé une porte-parole de la police de Toronto, Wendy Drummond. «Un enquêteur poursuivait l'enquête mais aucune accusation n'avait été déposée jusqu'à présent.»

Nicolas Bégasse
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr