Des fleurs ont été déposées en hommage devant le collège.
Des fleurs ont été déposées en hommage devant le collège. - J. GICQUEL / APEI / 20 MINUTES

à Rennes, Jérôme Gicquel, et William Molinié

Un dernier hommage sera rendu ce lundi après-midi au collège de Cleunay à Rennes où Killian, 13 ans, a été mortellement blessé lors d'une bagarre à la récréation de vendredi matin. Son agresseur, un collégien de 16 ans scolarisé en 3e, a été mis en examen dimanche « pour homicide volontaire sur mineur de 15 ans » et placé en détention, a indiqué le parquet.

Décès dû à une strangulation
Scolarisé dans la même classe de 5e, Yann, 13 ans, a assisté à l'altercation dont les motifs seraient, selon le procureur de la République, « futiles » comme « un échange de regards ». « Cela s'est passé à la sortie des toilettes. Il y a eu des échanges de claques et de coups de poing, puis l'agresseur a étranglé Killian », raconte à 20 Minutes l'élève qui a été pris en charge, comme ses camarades, par une cellule psychologique, composée de quatre médecins. Les résultats de l'autopsie, pratiquée samedi soir à l'institut médico légal de Rennes, sont formels : « Son décès [résulte] bien d'une strangulation », atteste un communiqué du procureur, confirmant les déclarations des témoins.
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, s'était rendu samedi en fin de matinée dans l'établissement « pour soutenir la communauté éducative ». « Je suis effondrée par ce qui est arrivé. C'est horrible de mourir dans l'enceinte d'une école », confiait alors une maman, les yeux rougis par l'émotion, à la sortie des classes.

Confusion

Vendredi soir, le gouvernement a annoncé à tort le décès de Killian, alors que ce dernier est mort samedi matin à l'aube. Le Premier ministre a exprimé « ses regrets les plus vifs », évoquant des « informations erronées ».