Un garçon de 13 ans a été gravement blessé vendredi matin dans une bagarre avec un autre élève pendant la récréation du matin au collège de Cleunay, à Rennes, a-t-on appris vendredi auprès de l'inspecteur d'académie d'Ille-et-Vilaine
Un garçon de 13 ans a été gravement blessé vendredi matin dans une bagarre avec un autre élève pendant la récréation du matin au collège de Cleunay, à Rennes, a-t-on appris vendredi auprès de l'inspecteur d'académie d'Ille-et-Vilaine - Damien Meyer afp.com

A.D. et C.C. avec agences

Le jeune garçon de 13 ans, très gravement blessé, vendredi matin, dans son collège de Rennes (Ile-et-Vilaine), est mort ce samedi matin. «Transporté à l'hôpital dans un état critique, il est décédé des suites de ses blessures», a annoncé dans un communiqué le procureur de la République de Rennes. Le ministre de l'Education, Vincent Peillon s'est rendu, en fin de matinée, dans l'établissement, situé dans le quartier de Cleunay, «pour soutenir la communauté éducative».

Une enquête sur les circonstances de l'altercation a été ouverte «en flagrance» et confiée à la brigade des mineurs, aannoncé le procureur de la République, Thierry Pocquet. Il a précisé lors d'un point de presse que l'agresseur, âgé de 16 ans et élève de 3e, avait «serré le cou de la victime sans doute avec le coude». Thierry Poquet a expliqué que la scène n'avait pas eu de témoins mais que l'auteur des coups mortels avait évoqué «un échange de regards qui a mal tourné.» Une autopsie devait être réalisée dans la soirée.

Dans un communiqué, Jean-Marc Ayrault avait exprimé vendredi soir «ses regrets les plus vifs», ainsi que ceux de Vincent Peillon, pour avoir «annoncé à tort», quelques heures plus tôt, le décès du collégien, évoquant des «informations erronées» . Vers 21h, le chef du gouvernement avait transmis un communiqué dans lequel il disait avoir appris «avec une grande tristesse» le décès de ce garçon de 13 ans «survenu en fin de journée», à la suite d'une bagarre en matinée dans la cour de récréation d'un collège de Rennes, faisant part «à la communauté éducative tout entière de son soutien dans cette épreuve».

«Le scénario n'est pas clairement établi»

Selon l'inspecteur d'académie d'Ille-et-Vilaine, Jean-Yves Bessol, elle a opposé, vendredi, en matinée, pendant la récréation, «deux élèves ordinaires», et l'un des deux protagonistes «ne s'est pas relevé». «Il y a eu deux coups de poing» et peut-être un début de «strangulation», et «la tête a peut-être heurté quelque chose», avait indiqué Jean-Yves Bessol. Ces deux élèves sont arrivés au collège à la rentrée 2011. La victime, en classe de 5è, habitait la banlieue de Rennes mais était scolarisée dans ce collège car il propose une section sport/foot, en liaison avec le Stade Rennais, avait précisé à l'AFP la principale de l'établissement. Une cellule d'écoute a été immédiatement mise en place avec quatre médecins qui reviendront lundi et mardi si nécessaire.

«Appréhendé immédiatement après les faits, l'auteur a été placé en garde à vue, selon Thierry Pocquet. L'enquête de flagrance a été confiée à la brigade des mineurs de la sûreté départementale afin que puissent prioritairement être recueillis tous témoignages sur l'origine de ce différent et le déroulement de cette altercation. A l'issue de cette enquête une information judiciaire sera ouverte».

Précédent

Dans son communiqué de toute fin de soirée, Matignon ne précise pas la nature des «informations erronées» qui ont amené à annoncer le décès du collégien. En mars 2010, en pleine campagne des régionales, le Premier ministre d'alors, François Fillon, avait annoncé à tort, lors d'un meeting à Paris, la mort d'un policier violemment agressé quelques jours plus tôt à Epernay (Marne). Matignon avait alors évoqué «une confusion» dans le discours prononcé par François Fillon, qui avait présenté dans une lettre ses excuses à la famille du policier. La première secrétaire du PS, Martine Aubry, avait dénoncé une «dramatique erreur» et fustigé, dans le contexte électoral de l'époque, une «récupération lamentable du gouvernement» sur le thème de l'insécurité.


Le jeune collégien de Rennes est décédé