Cinq jours après le meurtre dans l'exercice de leur mission de deux femmes gendarmes dimanche dans le village de Collobrières (Var), un hommage national leur sera rendu vendredi matin à Hyères, en présence du ministre de l'Intérieur Manuel Valls.
Cinq jours après le meurtre dans l'exercice de leur mission de deux femmes gendarmes dimanche dans le village de Collobrières (Var), un hommage national leur sera rendu vendredi matin à Hyères, en présence du ministre de l'Intérieur Manuel Valls. - Boris Horvat afp.com

avec AFP

Cinq jours après le meurtre dans l'exercice de leur mission de deux femmes gendarmes dimanche dans le village de Collobrières, dans le Var, un hommage national leur a été rendu ce vendredi matin à Hyères, en présence du ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

La cérémonie des obsèques débutera à 8h45 à la caserne de gendarmerie Delort, selon un communiqué de la préfecture. Le président François Hollande y sera représenté par son directeur de cabinet adjoint, Alain Zabulon.

Dans le même temps, pour la première fois, la population sera officiellement accueillie dans toutes les gendarmeries de France, où ce drame a suscité une vive émotion. Un message officiel identique sera lu dans chaque unité et une minute de silence observée.

Drame «insupportable»

Malgré la stricte obligation de réserve inhérente à la profession, des appels à la fermeture de brigades ainsi qu'au port d'un brassard ou bandeau noirs sur les écussons des uniformes ont été lancés sur Internet, alors que les manifestations de ras-le-bol se sont multipliées ces derniers jours.

Samedi, les gendarmes ont également prévu de se rassembler sur la place de la Liberté à Toulon. Alicia Champlon, une adjudante de 29 ans, et Audrey Berthaut, maréchal des logis-chef et mère de famille de 35 ans, ont été tuées dimanche soir au cours d'une intervention à Collobrières pour un différend à la suite d'un vol.

Elles étaient en poste à la brigade de proximité de Pierrefeu-du-Var, où un rassemblement silencieux a réuni jeudi soir plusieurs centaines d'habitants. Un peu plus tôt dans la journée, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qualifiant ce drame d'«insupportable», s'était rendu dans la commune pour rencontrer les familles des victimes.

«Incontrôlable» et «impulsif»

Après l'hommage national en matinée, une marche blanche doit se tenir vendredi à 18h sur les lieux du drame à Collobrières, un village de 2.000 habitants enclavé dans le massif des Maures, où le meurtrier présumé venait de s'installer.

Interpellé lundi vers 3h du matin, quelques heures après avoir abattu les militaires avec leur propre arme de service, Abdallah Boumezaar, qui a reconnu les faits, a été mis en examen et écroué mardi soir pour homicide volontaire et assassinat. Sa compagne est poursuivie pour «complicité et dissimulation de preuves».

Décrit par son entourage comme «incontrôlable» et «impulsif», le tireur présumé, âgé de 30 ans, a déjà purgé plusieurs peines de prison, dont l'une pour des faits de violences à l'encontre de policiers.