Journée de la lenteur: «Le rythme actuel est dicté par notre économie»

7 contributions
Publié le 21 juin 2012.

SANTÉ - Psychiatre et chronobiologiste à Paris, Marc Schwob explique à «20 Minutes» les manières de «prendre du recul»...

La journée internationale de la lenteur alerte sur nos rythmes de vie. Est-ce un vrai problème?

Aujourd’hui, les trois quarts des patients qui passent dans mon cabinet sont touchés par un stress lié à leurs rythmes de vie. Cela induit des conséquences qui peuvent être graves. On parle là d’anxiété chronique, de dépression, de burn-out et bien sûr des troubles du sommeil.

On a coutume de dire que la vie actuelle est plus «speed» que par le passé. C’est une réalité?

Oui, notamment en raison de la multiplication des moyens de communication. Aujourd’hui, l’attention des gens est sans cesse zappée par quelque chose. Il y a tellement de choses qui nous sollicitent au quotidien qu’on estime avoir perdu un quart de notre attention en l’espace de vingt ans. Le cerveau tente en permanence d’intégrer les informations qui apparaissent. Mais à un moment donné, le cerveau ne peut plus faire face.

Transports, travail, pollution: le stress du rythme de vie est-il un phénomène uniquement urbain?

La plupart des gens qui en souffrent travaillent en ville. Mais, cela ne veut pas dire que ce phénomène ne fait pas de victime dans les campagnes. On peut très bien trouver un agriculteur victime de burn-out car il n’arrive plus à gérer  les choses...

Benjamin Franklin disait: «Le temps, c’est de l’argent». Ce phénomène s’explique-t-il par la mondialisation de l’économie?

Le rythme actuel des choses est en effet dicté par notre économie. Il faut toujours aller plus vite dans la prise de décision professionnelle dans un but économique. Pour changer les choses, il faudrait que les décideurs économiques intègrent la notion du bien-être de leurs salariés.

Individuellement, existe-t-il des trucs pour lâcher prise?

Oui. Avec plusieurs spécialistes, nous avons créé le site SOS Stress sur lequel nous indiquons plusieurs astuces. La première d’entre elles est sans doute de faire la sieste. Chirac lui-même faisait l’éloge de la sieste. Ensuite, il faut savoir prendre cinq minutes deux fois par jour pour méditer. Agir sur la respiration pour se détendre. Enfin, je conseille aux croyants de prendre chaque jour cinq minutes pour prier. Car cela permet aussi de souffler face à la réalité.

Propos recueillis par Vincent Vantighem
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr