Bac 2012: La philosophie donne le coup d'envoi des épreuves

0 contributions
Publié le 18 juin 2012.

ÉDUCATION - L'épreuve doit se dérouler sous une surveillance renforcée...

L'emblématique épreuve de philosophie marque à 8h ce lundi le coup d'envoi du baccalauréat 2012, qui concerne plus de 700.000 candidats, lors d'une session placée sous une surveillance renforcée après les fraudes de l'an dernier.

Les élèves des trois séries du baccalauréat général, S (scientifique) ES (économique et social) et L (littéraire), sont les premiers à passer l'épreuve inaugurale de l'examen, dès 8h, avec la philo. Les candidats au bac professionnel leur emboîteront le pas à 9h30, avec le français, tandis que les candidats au bac technologique plancheront aussi sur la philosophie, mais à partir de 14h.

Un candidat de 12 ans

Près de la moitié des 703.059 candidats (+6,91% sur un an) passeront le bac général et environ un sur cinq le bac technologique, qui ouvrent la voie à la poursuite d'études. Près d'un tiers des candidats se présenteront au bac pro, tremplin vers la vie active.

Le plus jeune candidat n'a que douze ans et un mois, dans l'Académie de Montpellier, et le plus âgé 87 ans, en Dordogne. L'année dernière en philo, les lycéens avaient disserté sur des sujets comme «La liberté est-elle menacée par l'égalité?», «Peut-on avoir raison contre les faits?» ou «Est-ce la loi qui définit ce qui est juste?».

L'édition 2012 du bac devrait générer 4 millions de copies, qui seront corrigées par 175.390 examinateurs et correcteurs. Chaque candidat présent «coûte» 82,2 euros.

Détecteurs de portables

La lutte contre la fraude a été érigée en priorité, après les fuites qui ont ébranlé l'examen en 2011. La fraude n'est pas un phénomène récent, mais les nouvelles technologies ont ouvert la voie à de nouvelles méthodes de «triche». Selon une circulaire spéciale, les téléphones portables, «smartphones» et tablettes tactiles devront notamment être «éteints et rangés dans le sac du candidat ou remis aux surveillants de salle».

Le ministère de l'Education nationale a aussi annoncé la présence de détecteurs de portables dans certains centres d'examen, sans préciser leur nombre ni leur localisation. Une façon de faire en sorte que tous les candidats se sentent potentiellement concernés.

En 2011, le pourcentage de bacheliers d'une génération s'est hissé à 71,6%, et devrait connaître encore cette année «une légère augmentation», selon Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'enseignement scolaire.

Avec AFP
publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr