Collobrières le 18 juin 2012 - Deux gendarmes ont été abattues dans le centre du village dans la nuit . Le ministre de l'interieur Manuel VALLS s'est rendu sur place .
Collobrières le 18 juin 2012 - Deux gendarmes ont été abattues dans le centre du village dans la nuit . Le ministre de l'interieur Manuel VALLS s'est rendu sur place . - P. MAGNIEN / 20 MINUTES

J.M., C.C. et A.R. sur place

Un suspect a été interpellé dans la nuit de dimanche à lundi, après la mort par arme à feu dans la soirée de deux femmes gendarmes de 29 et 35 ans. Le suspect a reconnu être l'auteur des coups de feu, a indiqué ce lundi le procureur de la République de Toulon, Xavier Tarabeux, précisant que l'homme était en état d'ébriété au moment des faits (comme l'avait indiqué un témoin à 20 Minutes) et qu'il aurait prémédité le second meurtre.

Les deux gendarmes se sont rendues dimanche au domicile du suspect, après qu'un habitant du village l'a reconnu comme étant l'auteur d'un cambriolage dont il a été victime. Sur place, l'homme âgé de 30 ans est avec sa concubine, selon le procureur. Une bagare éclate et l'homme s'empare de l'arme d'une des gendarmes, la retourne contre elle et la tue de deux coups de feu. La seconde prend la fuite.

Interpellé à 200 mètres des lieux du crime

L'homme s'élance alors à la poursuite de la seconde gendarme et l'abat en pleine rue de six coups de feu avant de s'emparer de son arme. Le procureur a indiqué que le suspect a été arrêté quelques heures plus tard dans une station service, à 200 mètres de là. Les armes, dont il s'était débarrassé, ont été retrouvées et il a admis être l'auteur des coups de feu.

Le suspect est sorti de prison en septembre après 6 ans purgés pour violences, a indiqué le procureur. Le 13 juin dernier, soit quelques jours avant le drame, il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour violence sur sa mère. l'interpellation s'est déroulée sans heurts, mais a mobilisé 200 personnes sur le département dont 50 dans le village.

Manuel Valls sur place

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est rendu ce lundi matin à Collobrières. «C'est un drame qui touche la France entière», a-t-il déclaré dans ce village «douloureusement meurtri». «J'ai rencontré leurs compagnons. Les mots pèsent peu face à la tristesse, au chagrin et à la colère», a-t-il ajouté. Le ministre a également indiqué qu'il avait rencontré leurs camarades gendarmes, saluant «le travail exemplaire de la gendarmerie et des forces de l'ordre par la suite». Désormais, «il appartient à la justice de faire son travail», a souligné Manuel Valls

Sur l'affaire en elle-même, le ministre de l'Intérieur a indiqué que «les agressions ont été d'une très grande violence», mais qu'il n'était pas anormal que ce soit deux femmes qui soient intervenues. «Il n'y avait pas de raison de faire de la discrimination», a-t-il affirmé. Un gendarme a confirmé ce procédé à 20 Minutes, indiquant que les deux femmes gendarmes était en situation de «premiers à marcher», soit une première patrouille de deux militaires. L'une d'entre elles était dans la région depuis seulement quelques semaines.