Belgique: Le père du petit Younes coupable d'homicide involontaire

7 contributions
Publié le 15 juin 2012.

JUSTICE - Retrouvé mort en 2009 à la frontière franco-belge, l'enfant a été involontairement tué par son père, selon les jurés...

Mohamed Jratlou, un Marocain de 71 ans, a été reconnu coupable vendredi en Belgique d'avoir tué involontairement son fils de 4 ans, Younes, retrouvé mort à la frontière franco-belge en novembre 2009.

Pas d'homicide volontaire

Le jury populaire de la cour d'assises du Hainaut à Mons (ouest) a écarté l'accusation d'homicide volontaire avancée par le parquet, mais l'a déclaré coupable de «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner». La peine devrait être prononcée plus tard dans la journée, après un nouveau réquisitoire du parquet et une plaidoirie de la défense qui débuteront à 14h. Mohamed Jratlou encourt jusqu'à 15 ans de prison. Il en aurait risqué 30 si la cour l'avait reconnu coupable d'homicide volontaire.

Mohamed Jratlou est «coupable d'avoir volontairement fait des blessures ou porté des coups à Younes. Mais pas coupable d'avoir volontairement, avec intention de donner la mort, commis un homicide sur la personne de Younes Jratlou», a expliqué le président de la cour. Le prévenu, dont les avocats avaient réclamé l'acquittement, est resté impassible durant la lecture de la décision.

Thorax comprimé

Les jurés ont aussi estimé que l'accusé avait «saisi l'enfant, pour l'empêcher de crier, et lui avait comprimé le thorax», à l'issue d'une violente dispute qui avait opposé Mohamed Jratlou et son épouse Naïma dans la nuit du 25 au 26 octobre 2009.

Mohamed Jratlou, qui a clamé son innocence lors de son procès, avait expliqué être parti à la recherche de son épouse, qui avait fui le domicile familial du Bizet, un village proche de la frontière française et de Lille, en raison des violences qu'il avait exercées sur elle et que Younes en avait profité pour quitter lui aussi la maison. Mais les jurés ont estimé qu'il n'était pas parti tout de suite à la recherche de sa femme et qu'il avait involontairement tué Younes à ce moment-là, avant d'immerger son corps dans la Douve, un affluent de la rivière Lys qu'il connaissait bien en raison de son emploi de chauffeur de bus scolaires.

La défense satisfaite

L'affaire s'était tragiquement conclue par la découverte du corps du garçonnet dans les eaux de la Lys le 10 novembre 2009 à une douzaine de kilomètres de son domicile.

A l'énoncé du verdict, son épouse Naïma, 45 ans, s'est effondrée en larme. Son avocat, Jean-Jacques Vandenbroucke, a expliqué qu'elle «ne comprenait pas» le verdict et qu'elle était toujours persuadée que son mari n'avait pas tué Younes, même involontairement. Bien que n'ayant pas obtenu l'acquittement de son client, Xavier Magnée s'est dit satisfait de la décision des jurés. «Il y a eu des violences familiales mais pas l’intention de donner la mort, ce qui fait de la mort de Younes un accident», a-t-il commenté à l'issue de l'audience.

Avec AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr