Entre «plan d'urgence» et «grand débat», la réforme de l'école sera étalée sur deux rentrées

11 contributions
Publié le 14 juin 2012.

ÉDUCATION - Une première série d'évolutions «d'urgence» devrait être appliquée dès la rentrée prochaine, en attendant une réforme plus profonde en 2013...

Pour réformer l’école et les rythmes scolaires, Vincent Peillon compte s’y prendre le plus tôt possible. Dès la rentrée 2012, plusieurs mesures, dites «d’urgence», devraient être adoptées. D’autres visant à changer plus profondément l’école et les rythmes scolaires ne verront le jour qu’à la rentrée 2013.

Parmi les mesures attendues pour ce mois de septembre, on devrait retrouver celle annoncée ce jeudi par le ministre: le rallongement des vacances de la Toussaint. Initialement, les élèves devaient quitter l’école le samedi 27 octobre et retourner en cours le jeudi 8 novembre au matin. Vincent Peillon veut que cette rentrée, dès 2012, ait lieu quatre jours plus tard, le lundi 12 novembre au matin. Soit deux jours de cours en moins, même s’il «n’y aura pas de jours de vacances supplémentaires», souligne le ministère: ces deux jours de cours seraient déplacés plus tard dans l’année.

«Pas de tabous»

D’autres mesures d’urgence sont prévues pour 2012, et notamment des embauches pour l’école primaire, une augmentation de l’allocation de rentrée scolaire versée aux familles modestes et l’obligation faite aux lycées de proposer, en terminale S, une option histoire-géographie à leurs élèves.

Mais si une première vague d’évolutions va toucher l’éducation cette rentrée, le gros des mesures devra attendre la rentrée 2013. Une réforme de l’école en deux temps qui ne semble pas gêner les acteurs de l’éducation. La raison de cette attente: le «grand débat» prévu cet été, série de concertations que compte entreprendre le ministère de l’Education auprès de tous les acteurs concernés, parents d’élèves et enseignants en tête. Jeudi, Jean-Marc Ayrault a indiqué que les contours de ce débat seront définis en juillet, et que le débat lui-même devrait durer tout le mois de septembre. Le but: discuter de réformes plus profondes de l’école et des rythmes scolaires et atteindre un consensus aussi large que possible. Ces concertations donneront lieu, à l’automne, à une loi orientation et programmation.

Seront notamment abordés pendant ce «grand débat» la formation et l’embauche des enseignants, ou encore le retour de l’histoire-géographie obligatoire en terminale S. Mais aussi une réforme profonde des rythmes scolaires, avec dans le viseur la semaine à quatre jours et la durée des vacances d’été, jugées trop longues. Sur ce dernier sujet, Vincent Peillon a prévenu: «Il n’y a pas de tabou, ma mission c’est l’intérêt général.»

Nicolas Bégasse
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr