Luka Rocco Magnotta après son arrestation, le 4 juin 2012 à Berlin.
Luka Rocco Magnotta après son arrestation, le 4 juin 2012 à Berlin. - REUTERS/Police de Berlin

Julien Ménielle

La vidéo du démembrement de Lin Jun par Luka Rocco Magnotta est longue et difficilement soutenable. Pourtant, un professeur d’histoire de Montréal n’a pas hésité à la montrer à ses élèves, âgés de 16 ans en moyenne. Suspendu, le jeune homme de 29 ans attend désormais sa sanction, qui pourrait être lourde tant l’histoire a fait grand bruit. Ses élèves, cependant, le soutiennent.

La classe a voté

Âgé de 29 ans, le professeur est suppléant depuis moins d’un an dans un lycée montréalais. Il a l’habitude de débuter ses cours d’histoire par une vingtaine de minutes consacrées à l’actualité, selon le Journal de Montréal. Or, le 4 juin dernier, tout le monde ne parle que du dépeceur de Montréal en cavale en Europe.

L’enseignant propose à ses élèves de visionner la vidéo du meurtre et du démembrement. Sur les 25 lycéens, seuls trois votent contre cette idée. Les images sont donc diffusées, projetées sur un mur selon un élève qui précise que «le prof a sauté quelques passages, mais la classe a vu l’essentiel». La nouvelle se répand rapidement dans l’établissement. Le professeur est suspendu avec solde, dans la foulée, et une cellule psychologique est mise à la disposition de ses élèves.

«Pour l'instant, il n'y a pas de plaintes»

Unanimement condamné, l’enseignant attend désormais de connaître sa sanction définitive, qui pourrait aller jusqu’à la radiation. «Pour l'instant, il n'y a pas de plaintes et il est vraiment impossible de confirmer s'il y a des accusations possibles», a indiqué au site canadien de La Presse le porte-parole de la police de Montréal. Le professeur, qui s’est excusé dans un bref mail, a le soutien de plusieurs de ses élèves.

L’homme a indiqué dans son mail qu’il n’avait pour but ni de choquer ni d'offenser qui que ce soit, et qu’il espère qu’il n’y aura aucune répercussion négative pour ses élèves. «C’est un très bon professeur, qui ne laisse jamais personne de côté. Il a fait une erreur, mais il ne mérite pas ça», s’est indigné l’un d’entre eux, lançant une pétition pour éviter une sanction à l’enseignant.

«Lui faire perdre son job, c’est un peu trop»

«La plupart des élèves ont demandé à regarder la vidéo. Le prof était réticent, puis il a fini par accepter en proposant à ceux qui le souhaitaient de sortir», plaide une autre élève, présente le jour dit. «Il a manqué de jugement, c’est certain. Il n’aurait pas dû accepter. Le suspendre OK, mais lui faire perdre son job, c’est un peu trop», insiste la jeune fille.

La pétition ne recueille toutefois pas tous les suffrages. «Ce n’est pas une erreur de débutant, il savait ce qu’il faisait. Il pouvait y penser à deux fois. Il a juste voulu se faire bien voir des élèves», a réagi un autre élève, qui indique avoir protesté, dans le Journal de Montréal. La sanction doit être connue rapidement, a promis l’administration.