Claude Makelele, le 25 mars 2012.
Claude Makelele, le 25 mars 2012. - ALBAN PIERRE/SIPA

Wiliam Molinié

Solide en défense sur un terrain de football, Claude Makelele devra dévoiler d'autres atouts devant le tribunal correctionnel de Versailles (Yvelines). L'ancien capitaine du PSG, aujourd'hui bras droit de l'entraîneur du club de la capitale, Carlo Ancelotti, comparaît ce jeudi pour vol et violences devant la 8e chambre correctionnelle. La plaignante, son ex-copine britannique Thandi Ojeer, a déposé plainte contre lui après avoir obtenu quatre jours d'incapacité totale de travail, (ITT) lors d'une dispute en juin 2010.

Légitime défense, selon ses avocats

Selon une source proche du dossier, la jeune femme, qui s'était introduite chez le footballeur de 39 ans à La Celle-Saint-Cloud alors qu'elle n'y était pas invitée, aurait reçu un coup de poing à la mâchoire. «Elle voulait récupérer ses affaires, notamment des vêtements de marque et des bijoux», détaille Stanislas Panon, son avocat. Devant les policiers, elle explique que Makelele l'aurait frappée en premier. Cette version est contestée par l'entraîneur adjoint du PSG. Il soutient que c'est elle qui l'aurait giflé et se serait agrippée à son cou. C'est alors qu'il lui aurait asséné un coup de poing à la mâchoire, ne parvenant pas à la maîtriser. Ses avocats, injoignables mercredi, devraient plaider la légitime défense. Déjà reportée une première fois, cette citation directe sera cette fois jugée assez rapidement.

Selon nos informations, Makelele n'aurait pas prévu de se montrer à l'audience. En revanche, Thandi Ojeer, résidant à Londres, compte bien s'y rendre. Elle demande 90.000 euros de dommages et intérêts.William Molinié