L'affaire Mohamed Merah est-elle une «affaire d'Etat»?

33 contributions
Publié le 14 juin 2012.

TERRORISME - Des vidéos qui auraient été enregistrées par Mohamed Merah mettraient en cause les services de renseignement français...

Dans la plainte déposée mardi par le père de Mohamed Merah pour «meurtre aggravé», figurent certains passages de vidéos qui, elles, restent pour l’heure introuvables. Ces vidéos existent-elles? Que contiennent-elles? «20 Minutes» fait le point sur la situation…

Où se trouvent ces vidéos?

Si de leur côté les enquêteurs ont fait part, ce mercredi, de leurs «doutes» et de leur «plus grandes réserve» sur l'existence de ces vidéos, le parquet a précisé, dans un communiqué, «rester en attente de la communication des supports allégués pour déterminer les suites à donner à cette plainte». Après avoir demandé, en vain, à pouvoir visionner ces images, il a également relevé des «incohérences factuelles majeures» entre les accusations formulées par le père de Mohamed Merah et les éléments de la procédure judiciaire.

Quel serait le contenu de ces enregistrements?

Sur son site Internet, le journal algérien Echorouk avait publié, dès lundi, la retranscription de ces deux vidéos de 15 et 20 minutes, dans lesquelles Mohamed Merah se filme. Le jeune homme y présenterait ses interlocuteurs comme des agents des services des renseignements français qui, d’après Isabelle Coutant-Peyre, l'avocate en France du père de Merah, se trouveraient au moment de l’enregistrement, «derrière sa porte, dans le couloir». Le Parisien, qui en publie des extraits ce mercredi, rapporte que Mohamed Merah y clame avoir été piégé par un certain «Zuhair», un ami jihadiste, avec lequel il s’entretient à quatre reprises dans la première de ces vidéos. Le jeune homme révèle que cette personne serait en fait un officier des services secrets français, qui l’aurait manipulé.

Mohamed Merah, une «taupe» des services secrets?

Si le fait d’être en connexion avec des personnes infiltrées, notamment au sein de groupe terroristes, «constitue la base du métier», expliquait à 20Minutes un spécialiste des renseignements, rien ne prouve que Mohamed Merah était bien lié aux services secrets français. Selon l’avocate Isabelle Coutant-Peyre, citée dans Le Parisien, ces vidéos montreraient pourtant l’existence d’une «relation étroite et ancienne» entre les services français et le jeune homme. Pour elle, ces enregistrements contiennent ainsi tous les ingrédients d’une affaire d’Etat.

Comment auraient été enregistrées ces vidéos?

Smartphone ou mini caméra, comme celle que le tueur aurait pu porter au moment de commettre ses crimes de Montauban et de Toulouse… Le moyen d’enregistrement n’est pas déterminé. Seules certitudes selon Le Parisien, deux lignes téléphoniques au nom de Mohamed Merah étaient sur écoute lors du siège de son appartement. Une vingtaine de coups de fils aurait été «émis et reçus», via ces numéros. Même si aucun appareil n’avait été retrouvé sur les lieux de l’assaut, France 24 cite un expert, qui estime qu’il était possible qu’une personne, au sein de la DCRI, «ait pu faire fuiter les enregistrements, tellement il y a règlements de comptes dans la gestion de cette affaire».

M.Gr.
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr