La doyenne des Français, Marie-Thérèse Bardet (au milieu), avec le président du Conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet (à gauche), le 25 mai 2012.
La doyenne des Français, Marie-Thérèse Bardet (au milieu), avec le président du Conseil général de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet (à gauche), le 25 mai 2012. - P.PASCAL / CONSEIL GENERAL DE LOIRE-ATLANTIQUE

A Nantes, Guillaume Frouin

Il n’y aura pas 114 bougies sur le gâteau, mais c’est l’intention qui compte. Marie-Thérèse Bardet, la doyenne des Français et des Européens, va fêter ce samedi ses 114 ans à la résidence La Châtaigneraie, la maison de retraite de Pontchâteau (Loire-Atlantique) où elle vit depuis vingt ans.

Un orchestre de la région a également été invité, même si l’intéressée ne se lance plus sur la piste des thés dansants qu’elle affectionnait par le passé. La doyenne des Français ne se déplace plus qu’en fauteuil roulant, à présent. «Elle ne parle plus, mais s’exprime beaucoup par le toucher», témoigne Laurence Delafond, directrice de la résidence, qui la décrit comme «affectueuse» et «gourmande». Marie-Thérèse Bardet a ainsi apprécié les chocolats que lui a offerts vendredi dernier Philippe Grosvalet, le président (PS) du conseil général.

Mère de deux enfants de 88 et 90 ans (toujours en vie), Marie-Thérèse Bardet a eu sept petits-enfants, seize arrière-petits-enfants et même des arrière-arrière-petits-enfants. Elle avait succédé comme doyenne des Français à Marcelle Narbonne, décédée le 1er janvier dans les Pyrénées-Orientales. La doyenne de l’humanité connue est une Américaine de 115 ans, qui reste encore loin du record de Jeanne Calment, décédée en 1997 à l’âge de 122 ans et 164 jours.