L'Assemblée compte peu de femmes.
L'Assemblée compte peu de femmes. - A. GELEBART / 20 MINUTES

A quinze jours des législatives, Osez le féminisme ! lance une campagne* et fait trois recommandations à François Hollande pour alerter sur les retards en matière de parité. En France, les députées ne sont que 18,5 %, une proportion qui ne devrait guère évoluer au soir du 17 juin. Car 40 % de femmes seulement sont candidates, contre 41,6 % en 2007. La France se place en 69e position dans les classements internationaux sur la parité dans les Parlements. Un chiffre résume bien l'inertie dans le temps : depuis 1988, 413** circonscriptions (sur 577) n'ont jamais eu de députées. En 2012, seuls le FN et EELV respectent la loi française de 2000 – pionnière à l'époque – qui oblige les partis à présenter 50 % de femmes, à deux pourcents près, aux élections. Les socialistes, qui ont pourtant fait le choix inédit de constituer un gouvernement paritaire, présentent 45,3 % de femmes, à peine moins qu'en 2007. Bonne dernière, l'UMP (25,7 %, 1 point de moins qu'en 2007), assume, par la voix de son secrétaire général, Jean-François Copé, malgré des retenues financières durcies : « Il nous faut absolument avoir un maximum de députés et cela passe par [...] l'ancrage local de beaucoup d'entre nous ». Prime aux sortants, donc. « Si les femmes candidates sont moins élues que les hommes, ce n'est pas parce qu'elles sont moins bonnes, mais parce que leurs circonscriptions sont moins gagnables ! », tient à rappeler Réjane Sénac, chercheuse au Cevipof.L. R.