Michel Neyret, directeur adjoint à la direction interégionale de la PJ. Lyon, le 17 mai 2011.
Michel Neyret, directeur adjoint à la direction interégionale de la PJ. Lyon, le 17 mai 2011. - CYRIL VILLEMAIN / 20 MINUTES

Julien Ménielle avec agences

Michel Neyret est sorti de prison. L'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon a été remis en liberté ce mercredi en début d'après-midi, a indiqué à l'AFP son avocat, confirmant une information d'Europe 1. Il était écroué depuis près de huit mois à la prison de la Santé à Paris. Mardi, la cour d'appel de Paris a rejeté le sept demandes en nullité formulées en avril par les avocats du policier, validant ainsi l'ensemble de l'enquête qui a conduit à sa mise en examen pour «corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants».

«Péché d'amitié»

La procédure judiciaire suit donc son cours, et cette remise en liberté ne préjuge pas du sort qui sera réservé à Michel Neyret lors d'un probable procès. L'ancien de la PJ lyonnaise encourrait jusqu'à dix ans de détention. L'instruction n'étant pas terminée, l'audience paraît encore lointaine. Selon ses avocats, l'homme admet certains faits qui lui sont reprochés, comme l'utilisation de drogue pour rémunérer des indicateurs et ce qu'il appelle un «péché d'amitié» avec certaines personnes.

Michel Neyret explique qu'il a agi dans le cadre de son métier de policier. L'accusation lui impute cependant des faits d'enrichissement personnel et de commerce de drogue qui vont selon elle au-delà de ces pratiques. Il est question de cadeaux de la part de truands et du financement de séjours de loisirs luxueux. Plusieurs autres hauts gradés de la police sont poursuivis dans ce dossier et l'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait annoncé en novembre la mise en place d'un nouveau code de déontologie dans le corps.