L'anniversaire aux 50.000 invités Facebook, c'est aujourd'hui

5 contributions
Publié le 11 mai 2012.

WEB - La famille de Benjamin a fait supprimer la page à l'origine du raz-de-marée, mais...

Bon anniversaire, Benjamin! C’est aujourd’hui que le jeune Auvergnat le plus célèbre de Facebook célèbre ses 14 ans. Devait célébrer, plus précisément, puisque l’adolescent a dû annuler sa petite fête à cause d’une mauvaise manipulation sur le réseau social qui avait vu la liste des invités passer de 29 à 50.000 en quelques jours.

La crainte des casseurs

Benjamin, après avoir supprimé l’événement Facebook et fait effacer les pages clones dissidentes, a cependant été menacé, a raconté son père au moment du désastre en ligne. Ce dernier craignait même que les «invités» éconduits ne viennent tout casser devant chez ses propres parents, où devait initialement se tenir la fête: «Ma crainte, c’est que des milliers de personnes affluent vers chez mes parents comme c’est arrivé à une jeune fille en Allemagne».

En juin 2011, à Hambourg, 1.500 personnes s’étaient rendues à l’anniversaire de Thessa. Constatant l’annulation de l’événement, des déçus avaient cassé des bouteilles, brûlé des poubelles et abîmé des voitures malgré l’intervention d’une centaine d'agents. Mais cette fois les pouvoirs publics sont dépassés, s’est inquiété le père de Benjamin. «La préfecture ne m’a toujours pas appelé pour m’informer de la démarche qu’ils souhaitent mettre en place», se désolait-il fin avril.

«Un dispositif adapté a été mis en place»

Contactée par 20 Minutes, la préfecture du Puy-de-Dôme s’est montrée très peu disserte, ne consentant qu’à assurer qu’«un dispositif adapté a été mis en place». Le père de Benjamin, lui, veut croire que «le soufflet est retombé, selon Le Parisien. «Certains s’accrochent pour venir dans le quartier, mais ils sont critiqués par d’autres. Les gens disent qu’il n’y aura personne et que la police sera là», affirme-t-il. 

«Je passerai peut-être dans la rue de mes parents. De toute façon, s’il y a un groupe, il se fera vite repérer par les voisins», a estimé le père de Benjamin. Ceux qui trouveront porte close pourront toujours se rabattre sur un bar à quelques kilomètres de là, dont le patron a eu l’idée d’organiser une soirée à thème pour tenter de récupérer une partie des invités. Au plus grand bonheur de la famille de Benjamin.

 




Julien Ménielle
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr