Page d'accueil du site Facebook.
Page d'accueil du site Facebook. - CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

M.Gr.

Et si la fête se délocalisait dans un bar? Le patron d'un établissement de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) organise ce vendredi une grande fête baptisée «(Benjamin) projet X le Clermontoise». L'objectif? Tenter de récupérer une partie des 50.000 personnes qui se sont «invités» via le réseau social Facebook, à célébrer les 14 ans de Benjamin.

Dépassé par les événements

«Sans le vouloir, il nous a donné un sacré coup de main. C’est une super opportunité», explique le patron de bar dans Le Parisien. «Puisque l’envie des gens de faire la fête est bien là et que l’anniversaire n’est plus annoncé sur Facebook, on s’est dit qu’on pouvait se servir de notre établissement pour compenser le manque… »

Il y a quinze jours, un jeune Clermontois voulait organiser un boum pour fêter son anniversaire le 11 mai. Malheureusement, l'annonce sur Facebook avait un peu trop bien fonctionné. Quelque 50.000 personnes avaient en effet confirmé leur présence. Le père du garçon, dépassé par les événements et légèrement inquiet à l'idée de voir débouler les 50.000 fêtards, avait alors déposé une plainte contre X.

«Le soufflet est retombé»

Ce dernier se sent donc un peu soulagé. «Je suis ravi que ce bar récupère l’événement à son avantage! Tant que ça focalise l’attention ailleurs que sur nous, tant mieux!» se réjouit le quadragénaire dans Le Parisien. Ce dernier, qui avoue avoir eu «très peur» à un moment, estime que «le soufflé est retombé».

Pour l'instant, environ 1.500 personnes ont indiqué qu'ils se rendraient à la fête organisée dans le bar clermontois. Du côté de la maison des grands-parents de Benjamin, où devait être organisée la boum d'anniversaire, l'incertitude plane toujours. « Je passerai peut-être dans la rue de mes parents», explique le père de Benjamin. De toute façon, «s’il y a un groupe, il se fera vite repérer par les voisins… »