Photo de l'appel à témoins distribué par les proches de Pauline Haldenwang, disparue le 26 avril 2012, à Nantes.
Photo de l'appel à témoins distribué par les proches de Pauline Haldenwang, disparue le 26 avril 2012, à Nantes. - DR

Pauline Haldenwang a disparu à Nantes (Loire-Atlantique). La jeune étudiante en communication de 24 ans n’a plus donné signe de vie depuis jeudi. Mais si la presse a tardé à faire écho à la disparition, le Web en général et les réseaux sociaux en particulier se sont rapidement emparés de l’affaire, pour lui donner plus de visibilité.

Affiches, tweets et vidéos sur Facebook

La jeune fille a disparu jeudi, vers 18h. Une de ses voisines l’aurait vu quitter son appartement, indique ce lundi le site nantes.maville.com. Pauline «n’a rien emporté. Ni papiers, ni carte bleue, ni téléphone. Et n’a pas laissé de mot», selon sa mère. Samedi, seul le site d’information de Loire-Atlantique Presse Océan relaie l’information, mais dans le même temps, les proches de la jeune femme s’activent.

Sur le terrain d’abord, où 200 affiches ont été placardées. Mais très vite, les amis de Pauline, parmi lesquels plusieurs étudiants en communication, investissent les réseaux sociaux. Dès samedi 18h, les premiers tweets sont publiés. Sur Facebook, de nombreux «friends» de la jeune disparue remplacent leur photo de profil par l’appel à témoin.

Confirmation tardive

Plusieurs d’entre eux diffusent également la vidéo mise en ligne sur le site non-officiel d’entraide Solidarité Alerte. Une façon d’indiquer au plus grand nombre des habits que portait Pauline quand elle a disparu, et des numéros à contacter pour communiquer toute information (lire l’encadré ci-dessous). Lorsque la presse régionale puis nationale se saisit de l’affaire, l’information a déjà largement circulé.

Le parquet de Nantes aurait ouvert une enquête pour «disparition inquiétante», selon plusieurs médias, mais n’était pas joignable ce lundi pour confirmer l’information. Pas plus que le commissariat de Nantes, qui a lancé un appel à témoins, comme l’a confirmé à 20 Minutes dans la journée le ministère de l’Intérieur. Sur Twitter et Facebook, en revanche, la mobilisation n’a pas faibli. En vain, pour le moment.

Appel à témoins

Au moment de sa disparition, Pauline portait un jeans bleu, des bottes noires, une écharpe verte, un ruban rose autour du poignet et un long manteau noir. Elle est mince, mesure 1,68 m et a les cheveux châtains.

Toute personne ayant des informations est priée de contacter l’hôtel de police de Nantes au 02 53 46 70 00 ou les proches de Pauline au 06 46 37 16 31 ou au 06 08 46 92 82.