Illustration de policiers.
Illustration de policiers. - P.EMILE / SIPA

C. C. et J. M.

Un policier de de la Brigade anti-criminalité (BAC) de Chambéry (Savoie) a été tué dans la nuit de mardi à ce mercredi, percuté par des cambrioleurs en fuite, rapporte RTL. Le brigadier-chef de 32 ans a «été traîné sur plusieurs dizaines de mètres», «délibérément» percuté par la Porsche Cayenne des malfaiteurs qui s'enfuyaient après avoir cambriolé, vers 1h du matin, un grand magasin d'électroménager à Saint-Alban-Leysse, commune de la banlieue de Chambéry.

Un autre policier a ouvert le feu, mais les cambrioleurs, au nombre de quatre ou cinq, sont parvenus à échapper aux forces de l'ordre, a précisé le ministère de l'Intérieur à Reuters. Un véhicule correspondant à celui utilisé par les malfaiteurs a été retrouvé entièrement calciné dans la banlieue est de Lyon, à Décines-Charpieu, à 100 km de Saint-Alban-Leysse, a indiqué l'AFP.

Nicolas Sarkozy dénonce un «assassinat»

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, a dénoncé sur France Info un «assassinat» ce mercredi matin. «Les effectifs de police étaient requis par des sapeurs-pompiers pour intervenir sur un vol par effraction au sein d'un magasin Darty», a déclaré Nicolas Sarkozy. Les policiers sont arrivés sur les lieux alors que les malfrats s'apprêtaient à prendre la fuite, a rapporté le chef de l'Etat. «En voyant les policiers, le malfrat qui conduisait le véhicule a foncé délibérément -c'est un assassinat- sur l'un des policiers qu'il percutait violemment», a-t-il poursuivi.

«Ce malheureux policier a été projeté à plusieurs mètres avant de retomber sur le bitume. Son collègue a tiré. On ne sait pas à l'heure où je vous parle si les malfrats ont été atteints ou blessés», a dit Nicolas Sarkozy. «Tout va être mis en oeuvre pour récupérer ces assassins», a-t-il souligné. Le policier tué était père d'un enfant de six ans et sa compagne est enceinte, a dit Nicolas Sarkozy.

«Le deuxième policier de la BAC tué dans l'exercice de ses fonctions depuis 6 mois»

Marine Le Pen a de son côté estimé que la «violence grandissante» est «la conséquence logique des suppressions massives de postes de policiers et gendarmes depuis 2007» et de «l'état d'insécurité morale dans lequel sont laissées nos forces de l'ordre». «La culture du laxisme a contaminé une droite sarkozyste qui s'est révélée aussi molle que la gauche. Les déplacements électoralistes incessants de l'UMP ne servent à rien si la politique menée se résume à cette mollesse coupable, à ce laxisme insupportable», a dénoncé la candidate du Front national dans un communiqué.

«C'est le deuxième policier de la BAC tué dans l'exercice de ses fonctions depuis 6 mois, et je tiens aussi à saluer l'action et le courage des policiers de cette brigade», a réagi François Hollande dans un communiqué. Le candidat socialiste demande que «tout soit mis en oeuvre pour identifier et interpeller les auteurs de ce crime odieux».