Pierre, éborgné par le tir d'un policier avec un tir de flash-ball lors d'une manifestation en 2007, prend la parole, le 7 mars 2012 à Nantes (Loire-Atlantique).
Pierre, éborgné par le tir d'un policier avec un tir de flash-ball lors d'une manifestation en 2007, prend la parole, le 7 mars 2012 à Nantes (Loire-Atlantique). - F.PERRY / AFP

Le policier jugé pour avoir tiré avec un «lanceur de balles de défense» (LBD), un «super flash-ball» alors en expérimentation, sur un adolescent de 17 ans qui avait perdu l’usage de son œil droit a été relaxé par le tribunal correctionnel de Nantes (Loire-Atlantique).  Le lycéen avait été blessé lors d'une manifestation dans la ville en 2007 contre la réforme des universités.

Le juge a suivi le raisonnement du substitut du procureur de la République qui avait estimé qu'il y avait bien un «état de causalité certain et direct» entre le tir de flash-ball du fonctionnaire et la blessure à l'œil du lycéen, mais que le prévenu bénéficiait également d’une «irresponsabilité pénale» car il a tiré sur ordre de son chef, une «autorité légitime» au regard du Code pénal, dont l'ordre n'était pas «manifestement illégal».

«C'est une décision injuste pour moi, pour toutes les victimes»

L'avocat du policier, Laurent-Franck Liénard, a salué «une décision juste et conforme en droit». Son client «avait respecté un ordre logique et légitime. Il est normal que la justice le relaxe.» Malgré les doutes concernant l'imputabilité du tir au fonctionnaire mis en accusation, l'avocat a estimé qu'il s'agissait d'une «différence d'appréciation» et qu'il n'allait pas faire appel d'une relaxe. 

De son côté, Pierre, la jeune victime, s'est déclaré «plus révolté que jamais». «On ne lâchera jamais. C'est révélateur du climat d'impunité absolue de la police française. C'est une décision injuste pour moi, pour toutes les victimes (de tirs de flash-ball), les amis des Droits de l'homme», a-t-il ajouté. 

Recours devant le tribunal administratif

Le père de l'adolescent, Luc Douillard, a annoncé qu'il avait lancé un recours devant le tribunal administratif: «C'est ça qui est important. On va pouvoir mettre en cause la responsabilité de toute la chaîne de commandement, y compris celle du préfet, c'est beaucoup mieux. Ici (devant le tribunal correctionnel, ndr), on était bridé, on ne pouvait parler que du tireur.»

Ce «procès du flash-ball» est le premier de ce type en France, alors que plusieurs autres victimes ont été répertoriées depuis 2005. En mars 2010, la Commission nationale de déontologie de la sécurité avait estimé que cette arme présentait «un degré de dangerosité totalement disproportionné».

Mots-clés :