«Depuis deux ans, Yamina Mesbah avait coupé les ponts avec Mohamed», explique son avocat

Publié le 26 mars 2012.

INTERVIEW - Alors que la compagne d'Abdelkader Merah a été relâchée dimanche matin, son avocat explique son état d'esprit...

La compagne d'Abdelkader Merah, en garde à vue jusqu'à ce dimanche matin, a été libérée sans aucune charge retenue contre elle. Guy Debuisson, l'avocat de Yamina Mesbah, en dit plus sur sa cliente et ce qu'elle a raconté aux enquêteurs. 

Dans quel état d’esprit se trouve votre cliente?

Elle est très soulagée d’avoir été relâchée. Mais aussi très inquiète d’avoir appris par les policiers le comportement de son mari. Il n’y a pas eu assez d’élément et de charges pour qu’on l’amène elle devant le juge d’instruction. A mon sens, elle ne risque plus rien, sauf si des éléments de culpabilité apparaissent.
 

De quelles natures sont ses relations avec son mari qui a été présenté à un juge d’instruction anti-terroriste ce dimanche en vue de sa mise en examen?

Elle vit tout à fait normalement et n’avait pas connaissance d’une vie parallèle de son mari. Quand elle lui posait des questions, son mari lui disait que cela ne la regardait pas. Il y a pourtant de l’amour entre les deux, mais pas véritablement de complicité. Malgré tout, s’il était prouvé que son mari a joué un rôle de complice dans cette affaire, elle se trouverait dans une grande détresse car elle ne se doutait de rien.

Quelle est son rapport à la religion?

Elle raconte lire le Coran et l’appliquer à la lettre. Il y a certes, une application stricte de la religion mais elle est très loin du fondamentalisme. Par exemple, elle ne vivait pas confinée.
 

Quelles relations entretenait-elle avec son beau-frère, Mohamed?

Depuis deux ans, elle avait coupé les ponts avec lui, après une dispute. Moins elle le voyait, mieux c’était, a-t-elle dit. Elle raconte par ailleurs que Mohamed et Abdelkader se voyaient comme deux frères pouvaient se fréquenter. Elle n’a pas de souvenir qu’ils se voyaient assidument. La vraie question, à mon sens est celle du rôle qu’a joué Abdelkader. A-t-il endoctriné son frère ? Jusqu’à la complicité ? Si oui, a-t-elle été passive ou active, au point qu’il ait eu un soutien logistique ? Enfin, Mohamed a-t-il été le seul à être manipulé et conditionné ? Si non, y-a-t-il d’autres Mohamed, seuls dans la nature?

>> En raison de nombreuses contributions ne respectant pas la charte de modération, nous avons été contraints de fermer cet article aux commentaires.
>> Nous vous invitons à réagir sur 
un article dédié ici et nous faire part de vos témoignages également via reporter-mobile@20minutes.fr

Propos recueillis par William Molinié
publicité
publicité
publicité

publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr