L'ancien gestionnaire de fortune et homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a été placé en détention provisoire jeudi soir à Bordeaux.
L'ancien gestionnaire de fortune et homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a été placé en détention provisoire jeudi soir à Bordeaux. - Pierre Andrieu afp.com

avec AFP

L'ancien gestionnaire de fortune et homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, a été placé en détention provisoire jeudi soir à Bordeaux après une nouvelle mise en examen dans cette affaire, a annoncé vendredi le parquet de Bordeaux. Il est la première personne placée en détention provisoire dans le cadre des dossiers Bettencourt.

«Mise en examen supplétive»

«Des faits nouveaux imputables à l'intéressé sous les qualifications d'abus de faiblesse et abus de biens sociaux» sont apparus, souligne le parquet dans un communiqué. Il précise qu'ils «ont donné lieu à la mise en examen supplétive», et au placement de Patrice de Maistre en détention provisoire, à la demande des juges d'instruction et du parquet.

Le parquet ajoute que «des charges nouvelles sont apparues concernant les faits pour lesquels (De Maistre) a été mis en examen le 15 décembre» dernier, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte à Bordeaux pour escroquerie, complicité et recel de ce délit, abus de confiance, complicité et recel de ce délit, abus de biens sociaux, complicité et recel de ce délit, blanchiment et abus de faiblesse.

3 millions d'euros dans le collimateur

Des investigations, poursuit le parquet, «ont par ailleurs révélé des faits nouveaux imputables à l'intéressé sous les qualifications d'abus de faiblesse et abus de biens sociaux». Il s'agit, «d'une part, de la perception par M. de Maistre d'une somme de 2.956.757,29 euros, en exécution d'une convention entre la société Eugenia, dont il était le gérant, et Liliane Bettencourt, alors en situation de vulnérabilité». «Ils visent d'autre part, la perception indue de factures émises par la société Eugenia à l'égard de la société Clymène, dont il était dirigeant, pour un bénéfice de 2,4 millions d'euros».

Ces faits, explique le parquet, «ont donné lieu à la mise en examen supplétive, le 22 mars 2012, de l'intéressé». Le juge, soutenu par le parquet, a alors a demandé la mise en détention en provisoire de l'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de l'Oréal. Le juge des libertés et de la détention l'a prononcée dans la foulée. Patrice de Maistre avait été vu jeudi arrivant vers 14h00 au Palais de Justice de Bordeaux, accompagné de ses deux avocats. A 23h00, l'un de ceux-ci avait déclaré à l'AFP que l'audition se poursuivait.