Des pompiers ont joué à l'acteur porno.
Des pompiers ont joué à l'acteur porno. - HOT VIDEO

Nicolas Bégasse

C’est la fin d’un feuilleton judiciaire épicé opposant la revue pornographique Hot Vidéo à la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF). Jeudi, le tribunal a finalement débouté la fédération des pompiers, rapporte France soir, jugeant la poursuite «nulle» et la constitution de partie civile «irrecevable».

Celle-ci reprochait au magazine d’avoir «sali l’image des sapeurs-pompiers, en contradiction avec leurs valeurs morales» et avait déposé plainte pour diffamation et injure. En novembre 2010, le bimestriel avait publié une «enquête vérité sur le sexe et les pompiers» mettant en scène des sapeurs floutés dans des positions explicites en compagnie de jeunes femmes dénudées.

«Les pompiers sont présentés comme des obsédés sexuels»

«S'il s'avère que ce sont de vrais pompiers en exercice, ils n'ont rien à faire chez nous», s’était indigné le lieutenant-colonel Patrick Heyraud, secrétaire général de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. Le directeur de la publication de Hot Vidéo et un ex-journaliste du magazine figuraient sur le banc des accusés lors du procès, au mois de septembre dernier, dont le jugement avait été reporté au 19 janvier.

Lors du procès, l’avocat des plaignants avait expliqué: «Les pompiers sont présentés comme des obsédés sexuels et leur caserne comme un lieu de débauche». La défense avait contré: «Ce n’est pas forcément du goût de tout le monde (…) mais c’est un article fait dans les règles de l’art dans une revue un peu osée.»