En petite culotte dans Lyon pour être rhabillée à l'oeil

11 contributions
Publié le 11 janvier 2012.

INSOLITE - Des clients ont fait la queue devant le magasin toute la nuit...

Cent consommateurs ayant relevé ce mercredi le défi de se présenter en sous-vêtements à Lyon devant une grande enseigne espagnole de vêtements ont pu repartir après s'être rhabillés à l'oeil, grâce à cette opération de communication inédite en France, au premier jour des soldes.

Certains n'avaient pas hésité à passer la nuit devant le magasin Desigual, situé rue de la République, principale artère commerçante du centre-ville, afin d'être parmi les cent élus à recevoir un ticket les autorisant à revêtir gratuitement un haut et un bas de leur choix.

«Dans les pays du Sud, on est peut-être plus enclins à se déshabiller»

Dans la foule, jeune, qui s'est précipitée dans la bonne humeur dans le magasin dès l'ouverture, entourés de nombreux journalistes, quelques uns avaient pudiquement revêtu chapka et lunettes de ski ou masque blanc. «Une amie m'a envoyé un mail, je me suis dit pourquoi pas», explique une jeune blonde, qui vient de s'équiper d'un jean et d'un manteau qui était «sans soldes à 450 euros». Un homme, jeune lui aussi, témoigne, torse nu, de son arrivée sur place dès «une heure du matin». «Et c'était déjà largement rempli, il y avait déjà bien cent personnes», dit-il.

Alors que dans les grandes enseignes voisines, la fréquentation semblait en berne, la marque Desigual parait avoir réussi son opération de communication. Dans la presse locale, la marque avait diffusé des pages de publicité depuis plusieurs jours disant «Entrez en sous-vêtements, sortez habillé!», invitant à suivre le happening sur les réseaux sociaux.

La marque a déjà mené des opérations similaires en Espagne mais aussi à Londres ou New York, après une première édition espagnole en nu intégral. «L'opération a un peu évolué. Il y a quelques années à Barcelone, les gens venaient nus. Dans les pays du sud, on est peut-être plus enclins à se déshabiller», explique Michel Payet, chargé de communication de Desigual. Il a évoqué la présence renforcée de vigiles pour éviter tout débordement, mais «cela reste un évènement ludique et plutôt bon enfant. Il n'y a aucun voyeurisme là-dedans, ça s'est toujours bien passé».

 

© 2012 AFP
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr