La grève dans les aéroports se poursuit mardi et gagne de nouvelles villes

50 contributions
Publié le 19 décembre 2011.

SOCIAL - Deux médiateurs ont été nommés ce lundi soir pour «inciter» les protagonistes à entamer des négociations...

C'est toujours la galère dans les aéroports héxagonaux. Deux médiateurs ont été nommés ce lundi soir pour tenter de trouver une issue à la grève des agents de sûreté qui perturbe plusieurs aéroports français, a annoncé la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Ces médiateurs, en lien avec le ministère du Travail, «devront inciter» les directions des entreprises et les représentaux syndicaux «à la négociation», a-t-elle précisé aurpès de Reuters.

La ministre a précisé qu'elle réévaluerait la situation mardi à la mi-journée à la suite de ces nominations mais qu'il n'était «pas question de laisser les Français pris en otage par ce conflit à l'occasion des vacances de Noël». «Nous allons étudier toutes les solutions», a ajouté  Nathalie Kosciusko-Morizet.

Nice et Mulhouse vont rejoindre le mouvement mardi

Les aéroports, dont Lyon-Saint-Exupéry et Paris-Charles-de-Gaulle, connaissent ce lundi une quatrième journée consécutive de perturbations en raison de la reconduction de la grève des agents de sécurité. Et ce n'est pas fini, puisque les syndicats ont annoncé la poursuite du mouvement mardi, et même son élargissement à d'autres villes.

Outre les aéroports de Roissy, Lyon et Toulouse, principalement touchés depuis vendredi, ceux de Nice et Mulhouse doivent rejoindre le mouvement de grève nationale inter-entreprises mardi dès 00h01, ont indiqué la CGT et la CFDT. Un préavis a par ailleurs été déposé à Rennes, qui prendra effet en fin de semaine, a indiqué à l'AFP Christine Hamiani, déléguée CGT Brink's. Selon elle, «aujourd'hui, des salariés sont en grève depuis plusieurs jours et sont prêts à se battre jusqu'au bout parce qu'ils en ont ras le bol».

Retards

Les vols programmés lundi matin au départ de Lyon-Saint-Exupéry, plateforme la plus touchée par le mouvement, ont néanmoins pu décoller avec moins d'une heure de retard. La direction de l'aéroport annonce moins de 20% d'annulation dans la journée. «Pour opérer la totalité de ces vols, un mode dégradé a dâ être mis en place, générant des retards et une attente malheureusement souvent longue pour les passagers dont nous mesurons l'inconfort», a déclaré le directeur de l'aéroport, Philippe Bernand.

Aéroports de Paris, la société qui gère les aéroports franciliens d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle, indique pour sa part que «la situation est en amélioration sensible» par rapport à la journée de dimanche avec une situation normale à Paris-Orly , tandis qu'à Paris-Charles de Gaulle, les principaux retards aux postes de contrôle sont concentrés au terminal 2. «Le temps d'attente moyen est de 30 minutes et peut atteindre 45 minutes sur certains postes de contrôle», écrit ADP.

Hausses de salaires et l'amélioration des conditions de travail

«Aucune annulation de vols n'est prévue» à Roissy , souligne le communiqué. Les syndicats des sociétés de sûreté des aéroports, qui emploient environ 10.000 personnes, demandent des hausses de salaires et l'amélioration des conditions de travail. Les négociations entre la direction nationale de la Brink's et les syndicats, à Lyon, n'ont pas abouti.

«On nous propose de petits accords locaux mais pas d'accords nationaux», regrette Yacine Bah, délégué CGT de l'entreprise. Il a annoncé «une reconduction de la grève» et «un durcissement du mouvement». En conséquence, la réunion de négociations prévue ce lundi à 14h30 a été annulée par les entreprises aéroportuaires et des prestataires extérieurs assurent une partie de l'activité.

Retard moyen de 12 minutes à l'embarquement à Toulouse

«Nous sommes à 100% de grévistes à Lyon et à partir de lundi le mouvement va s'étendre à (Paris-)Orly et à Nice», estimait ce lundi matin le syndicaliste, qui regrette que l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry «fasse appel à des sociétés extérieures pour traiter les vols». Une cinquantaine de salariés de l'aéroport ont été mobilisés depuis le début du conflit pour renforcer le dispositif d'accueil et de renseignement des passagers. La direction de l'aéroport a par ailleurs demandé aux passagers d'éviter les bagages de format hors normes comme des skis, surfs, sacs de golf ou vélos.

La direction des aéroports parisiens s'attend à de nouveaux retards ce lundi à certains postes de contrôle. A Toulouse-Blagnac, les vols affichaient dimanche un retard moyen de 12 minutes à l'embarquement, plus que samedi. «Il n'y a eu pour le moment aucune annulation de vol», a précisé à Reuters Marc Dupeyron, directeur de la communication de cet aéroport. «Les effets de cette grève ont été amoindris dimanche matin par le fait que les usagers ont écouté nos consignes et sont arrivés très en avance, ce qui a permis de lisser les procédures d'embarquement.»

Service minimum dans le secteur aérien

L'UMP a estimé que ce mouvement justifiait la mise en place d'un service minimum dans le secteur aérien, à l'instar de ce qui se fait dans les transports publics terrestres. Le président du groupe de la majorité à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a ainsi confirmé que l'UMP s'efforcerait de faire voter avant l'élection présidentielle une proposition de loi du député Eric Diard visant à encadrer le droit de grève dans le transport aérien. Il a précisé sur Radio J que l'Assemblée devrait examiner fin janvier ce texte qui imposerait notamment de déposer un préavis de grève 48 heures avant le lancement du mouvement.

«Cette prise d'otages au moment des périodes de vacances est de moins en moins supportable», a-t-il dit. Le ministre des Transports, Thierry Mariani, et sa collègue de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet ont apporté ce week-end leur soutien à cette proposition de loi.

Votre vol a été annulé ou retardé? Vous avez dû patienter plusieurs heures dans un aéroport? Votre départ en vacances a été perturbé? Vous avez opté pour un autre moyen de transport? Racontez-nous vos mésaventures dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr.

B.D. avec Reuters
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr